A la uneLife style

Mystère d’un soir / “À cause des génies, nous avons été obligées de partager notre repas”

manger

manger

Déceptions sentimentales, situations malencontreuses, expériences uniques, doutes sur votre vie de couple,… Partagez-nous vos histoires. Elles pourraient en inspirer bien d’autres, ou parallèlement, vous pourrez trouver la solution dans les échanges et réactions d’autres abonnés.

Nous mettons sur la table ce récit de P. E. Voici son histoire !

“Ma mère vient de m’expliquer un truc que je veux partager avec vous.

Elle dit qu’à son plus jeune âge, elle vivait à Abobo, l’une des plus belles communes d’Abidjan (y’a pas trahison en chine ) chez son aînée. Ils étaient nombreux à la maison. Ma mère et sa grande sœur ma tante, et ses 6 enfants et 5 autres tantes. Ahbi, le compte était trop pour partager une cuisse de poulet. Alors, à chaque fois que ma tante que je vais nommer Christine a de l’argent, elle dit à ma maman de la suivre sans faire de bruit avec une autre de leurs cousines pour aller manger dehors et après, elles rentrent à la maison comme si de rien n’était, ni vu ni connu.

Mais un jour (il y a toujours un jour où tu manges ton totem ), elles sont sorties comme à leur habitude manger du poulet frit. La vendeuse était surchargée, le coin était bondé de monde, il n’y avait pas de place pour pouvoir déguster le plat acheté. Elles ont dû se déplacer dans leur volonté de se trouver une table. Elles ont opté pour une table un peu éloignée près de laquelle étaient déjà assis un monsieur et une dame.

Il fallait les voir maintenant entrain de bouffer à coups de boulet. Mais subitement, ma tante Christine ne parlait plus, elle regardait les gens-là de façon étrange. Ma maman qui donnait dos à ces personnes mais face à ma tante avait des fourmillements dans le dos. Quand elle a voulu le signifier à ma tante, elle a remarqué que son visage était devenu étrange. Quant à leur cousine, elle était plutôt très affairée sur le plat .

Ma maman a eu la force de dire « changeons de place, quittons ici allons ». Et dans leur mouvement, ma mère a dit à leur cousine qui ne comprenait toujours pas ce qui se passait qu’elle trouvait les gens-là bizarres. Et elles entendent dans leur dos la dame parler à haute voix disant dans la langue maternelle de ma maman (le bété) : « vous qui partez là-bas là, vous n’avez jamais vu génie ? ».

Ihdiiii ! Faut pas les voir courir, c’est la débandade ! Elles ont fui en direction de la maison avec la nourriture en tremblant de peur. Ayiiii ! Il fallait voir leur grande sœur, leur aînée restée à la maison en train de les sermonner. Elle se foutait de leur mésaventure, elle les a traité de tous les noms. Elle a mangé le plat au calme avec ses enfants. Christine rappelle que le visage de la dame était blanc et son visage était comme le profil d’un visage sans nez, sans bouche, sans yeux. Aujourd’hui quand elle en parle, elle en ri. Tchia ! La facture de la méchanceté a été vraiment salée pour elle.

La Bible dit quand il y en a pour un, il y en a pour plusieurs. Il est écrit dans Luc 6 : 38 « Donnez et il vous sera donné ». Apprenons à partager, Dieu ne permettra pas que nous soyons dans le manque ou la faim parce que nous avons partagé.

Dieu vous garde, SHALOM !”

 

Source : Les Mystères de la Vie

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

vingt − 9 =

SNEDAI