A la uneLife style

Mystère d’un soir: L’appel des margouillats

margouillat sur une roche

margouillat sur une roche

Mystère, mystère, mystère,… Il nous arrive des fois de vivre des expériences étranges, insolites, paranormales, des situations de vie qui dépassent l’entendement de la logique, que la science ne peut expliquer,…

Cette “mésaventure” de D. S en est une. Voici son histoire !

“L’APPEL DES MARGOUILLATS”

Quand nous étions encore enfants pendant les vacances, nous partions chasser les margouillats. On pouvait tuer plus de 30 margouillats par jour. Avec notre butin, nous partions nous asseoir sur une roche aux environs de la forêt sacrée du village pour enlever les peaux de ces bêtes comestibles dans la région du nord de la Côte d’Ivoire. Chaque jour c’était le rituel.

Au fur et à mesure qu’on le faisait, la roche rougissait. Pour nous, c’était uniquement à cause du sang des bestioles qui se coagulaient au fil du temps lorsqu’on les épluchait de leur peaux. Mais il y avait autre chose, la roche n’avait plus la même forme de départ, en tout cas à mes yeux, comme si quelqu’un la modelait jour après jour par endroit. Au bout de quelques semaines, elle ressemblait à un “talié”, récipient africain dans lequel on sert la nourriture.

Étrangement, avec le temps, notre amusante partie de chasse devenait de plus en plus fructueuse. Nous sommes passés à plus de 50 margouillats par jour. Sans le savoir, nous avions fait de la roche un fétiche. Nous étions pourtant dans un périmètre dans lequel on pouvait jouer bien que proche de la forêt sacrée. Il ne devrait pas avoir d’incidences dans nos vies.

Lorsque ce fut la période de la rentrée scolaire, nous avons repris le chemin de l’école et avons dit au revoir à la chasse. Nous fréquentions tous dans la grande ville Korhogo. C’est durant les congés qu’on rentrait au village à une trentaine de kilomètres. Mes amis et moi tombions beaucoup malades depuis notre départ du village. Chose encore plus bizarre et paranormale, nous faisions tous le même rêve dans lequel nous voyions une fillette de notre âge venir nous demander de revenir au village. Elle prétextait que sa mère aimait ce qu’on faisait. Pour elle, si nous continuons, sa mère (elle faisait allusion à la roche) nous rendrait puissants, riches et très heureux.

Nous en avons parlé à nos parents respectifs qui ont fait de même auprès des notables du village. Mon état de santé s’est amélioré, je ne tombais plus malade et c’était pareil pour mes complices d’amis.

Mais aujourd’hui bien des années plus tard, nos vies n’ont pas encore bougé comme on le souhaite. On a certes des diplômes ça et là, mais nous n’avons pas de bon travail, et par conséquent nous ne sommes pas riches. Des nuits, couché dans le divan du salon de mon oncle que je squatte à Yopougon Niangon, je pense sérieusement à retourner voir la roche et si le deal est toujours possible, mieux que des margouillats je lui apporterai des crocodiles s’il le faut.

 

Source: Les Mystères d’un soir, D. S, réécrit par Rolyvan

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

19 − 11 =