News & People

Monna Muse, la nouvelle ambassadrice urbaine de la musique féminine ivoirienne

IMG-20200302-WA0018

IMG-20200302-WA0018

Avec sa toute nouvelle sortie musicale, Monna Muse a chamboulé la donne dans l’univers musical ivoirien.

“Djandjou” est le titre de son single disponible sur toutes les plateformes d’écoute et de téléchargement depuis le 29 Février dernier. Nous avons eu l’insigne honneur d’être invités à la conférence de présentation officielle du titre qui s’est tenue au Temple discothèque à Cocody Angré Mahou.

Installée à Montréal au Canada, la chanteuse, auteure-compositrice et interprète a dévoilé son nouveau single “Djandjou” en live devant les journalistes et hommes de médias présents au Temple. C’est en toute décontraction dans sa tenue en pagne hyper sexy qu’elle s’est produite.

Face à la presse, Monna s’est évertuée à répondre aux différentes sollicitations, toujours avec le sourire qui illumine son visage.

Monna l’ivoirienne

À l’état civil, elle se nomme Monnan Guessend. Bien qu’inspirée par des sommités mondiales des USA comme Amy Winehouse, Lauryn Hill ou encore Rihanna, Monna n’est pas si déconnectée de la culture ivoirienne et africaine. C’est d’ailleurs en référence à cela qu’elle chante “Djandjou”, un terme propre au jargon ivoirien. Elle a aussi été bercée à la musique des divas ivoiriennes comme Monique Séka ou encore Ruth Tondey qu’elle apprécie affectueusement: “Comme elle, ma mère est aussi originaire de l’ouest du pays. Je n’hésite a interprété se chansons”. Monna qui confie qu’elle interprétera une chanson de Ruth Tondey au MASA 2020 où elle est invitée rajoute qu’il germe en elle l’idée de chanter en guéré dans l’une de ses prochaines chansons.

Monna s’érige comme la nouvelle ambassadrice urbaine de la musique féminine ivoirienne. “On a connu Josey, Rocky Gold, Claire Bahi, Daysie,… aujourd’hui c’est Monna”. Confiante et sûre de son talent, elle inondera les scènes à Abidjan et les médias ces prochaines semaines.

Djandjou

Si au vu du titre “Djandjou” certains ont pensé à un nouveau bizutage de la gent féminine, qu’ils se détrompent.
“Garçon aussi, il y a son djandjou”, soutient Monna Muse qui a décidé d’allumer les hommes frivoles à travers sa très belle composition musicale. Pour Monna, les hommes sont fautifs dans les relations basées sur l’intérêt plutôt que sur l’amour.

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

4 × un =

SNEDAI