News & People

Molare répond à ceux qui se désolidarisent du PRIMUD

molaré primud (Copier)

molaré primud (Copier)

À peine a-t-il annoncé la tenue de la cérémonie de récompense PRIMUD (Prix International des Musiques Urbaines) anciennement Awards du Coupé-décalé, que Molare doit faire face déjà a des grincements de dents de la part de certains acteurs du coupé-décalé.

“On ne demande pas pardon à quelqu’un pour participer au PRIMUD”

Molare à travers une vidéo publiée en direct sur sa page Facebook, a tenu à répondre à chacun des acteurs du coupé-décalé qui se sont désolidarisés de cette cérémonie.

À Claire Bahi, il a signifié qu’il ne peut créer une catégorie spécialement pour elle avec des artistes qu’elle souhaite. Ce serait céder à des caprices et faire du favoritisme. Toutefois, cette année, il révèle d’ores et déjà que la Première Dame du coupé-décalé aura un Prix d’honneur.

“Tout le monde peut être nominé. Tout le monde doit se respecter”.

À Kedjevara, il se dit déçu parce qu’il a encore des traces de contrats signés avec le boss de 18 Avril Production pour ses prestations et celles de ses artistes. Ces prestations n’ont pas toujours été honorées, mais il ne s’en ait jamais plaint jusque-là. À propos des critères:

“Il y a des critères définis. Nous avons pris vos interrogations en compte et cela a été remis à un panel d’experts.”

Concernant Debordo et Arafat, il est clair. Il n’a pas d’argent à leur donner. Le premier demandait 50 millions, le second, 100, rien que pour faire partie des nominés.

“Il faut arrêter de dire que Molare prend 200 ou 300 millions (…) Ça me dérange que vous-mêmes qui bénéficiez le plus, que ce soit vous qui réclamiez encore plus. Pensez aux autres”.

Selon lui, l’événement n’est pas aussi rentable que certains le pensent. L’année dernière, il n’aurait même pas fait un million de bénéfice. À la question du dédouanement de sa voiture de vainqueur que soulevait Dj Arafat, Molare affirme que la voiture n’est pas un cadeau du sponsor. C’est de sa propre poche qu’il a acheté la voiture. Cette année, il est question de maison, “c’est de nos propres fonds qu’on l’a obtenue”. 

“Je ne peux pas me permettre parce que je connais certaines personnes de défavoriser d’autres personnes.”

Molare se dit toujours disposé à travailler avec ceux qui le souhaitent. Outre la cérémonie de récompense, il y a aussi le festival gratuit sur 3 jours à Yopougon Ficgayo où il remet des cachets à tous le participants.

Les premières revendications sur son événement ne l’ébranlent guère. Cela ne va pas l’empêcher d’accomplir ce qui est désormais pour lui un devoir.

“Je continuerai à me battre pour que ma culture soit visible à travers le monde”.

En plus des médias locaux dont Life Magazine, Molare compte y ajouter encore plus de médias étrangers.

Rendez-vous est pris lors de la cérémonie de lancement ce dimanche 22 Juillet à Novotel Plateau pour de plus amples éclairages avec la traditionnelle série de questions-réponses avec la presse.

Rolyvan  

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

quatre × quatre =