A la uneSociété

Voici ce que le code pénal ivoirien prévoit en cas de délit d’adultère

infidélité gbich
infidélité gbich

Photo d’illustration : Gbich

L’adultère est « le fait pour un époux de violer son serment de fidélité, de partage, et d’avoir des relations sexuelles avec une personne autre que son conjoint envers qui il a affirmé ce serment ». Couramment, on parle également d’infidélité.

En Côte d’Ivoire, cet acte est un délit puni par la loi en cas de plainte du conjoint victime d’infidélité.

Voici ce que le code pénal ivoirien prévoit en cas de délit d’adultère

ARTICLE 391 du code pénal ivoirien

Sont punis d’un emprisonnement de deux mois à un an, la femme convaincue d’adultère, ainsi que son complice.

Est puni de la même peine le mari qui, dans la maison conjugale commet un adultère, ou qui, hors de la maison conjugale a des relations sexuelles habituelles avec une femme autre que son épouse.

Les poursuites ne peuvent être engagées que sur plainte du conjoint offensé. La connivence ou le pardon du conjoint offensé empêche ou arrête toute poursuite et le conjoint offensé reste maître d’arrêter l’effet de la condamnation prononcée contre l’autre conjoint, en acceptant de reprendre la vie commune.

Les seules preuves admises contre le complice sont, outre le flagrant délit, celles résultant de lettres ou autres pièces écrites de sa main.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

20 − dix-neuf =