A la uneSociété

Severin Djorogo Nangui, Chef du Village d’Anono : « Nous avons réussi à stabiliser les villages. »

2

1

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Je suis Djorogo Nangui Severin, Chef du Village d’Anono. Chez nous en pays Atchan, le pouvoir est générationnel et se transmet chaque 15 ou 20 ans. Je représente la génération Tchagba aux commandes depuis le 28 mars 2017. J’ai été fait Chef le 18 juillet de la même année.

Aujourd’hui quel est le rôle du Chef ?

Le Chef représente l’administration dans le village. Sur le plan traditionnel, je règle les conflits et je me charge de tout ce qui est en relation avec la vie quotidienne au village. Je suis le garant de la souveraineté de l’État Côte d’Ivoire.

2

Quelles ont été les grandes étapes de la cérémonie d’intronisation ?

On m’a fait Chef en 2017 mais j’ai été intronisé 5 ans plus tard car il a fallu achever le processus de réconciliation dans le village. Un Chef ne peut pas faire l’unanimité et la prise de pouvoir chez les Ebriés est souvent difficile, à l’origine de nombreux conflits. La première mission de ma chefferie a été de faire régner l’unité, la cohésion et la paix. Même les esprits du village me reconnaissent à présent en tant que leur Chef, telle est la symbolique de la cérémonie d’intronisation qui s’est tenue le 18 juin 2022.

3

Quel est votre rôle dans le processus de réconciliation nationale ?

De façon particulière, le collectif des chefs Tchagba d’Abidjan que je dirige à réussi à stabiliser les villages. Vous avez constaté durant les deux années précédentes que les villages Ebriés étaient empreints de crises de chefferie. Il fallait forcément que le peuple Atchan soit stable afin de mieux collaborer avec l’administration pour le bien-être des populations.

4

Quelles sont vos prérogatives pour les années à venir ?

Pour le village, le maintien de la cohésion, de l’unité et la paix. Sur le plan du développement, nous sommes en train de construire l’Hôpital General d’Anono sur fonds propre à hauteur de 562 Millions. Le bitumage des routes est également une priorité. Nous sommes à la recherche de partenaires désireux de nous accompagner sur ces chantiers. En septembre nous allons procéder à la pause de la première pierre du Lycée Moderne d’Anono. J’ai pris l’initiative de doter notre village d’infrastructures décentes. Toutefois, nous avons besoin du soutien de l’État de Côte d’Ivoire.

5

Est-ce que vous avez un mot de fin ?

C’est mon rôle de prôner la paix. Je souhaiterais profiter de cette opportunité pour m’adresser aux Ivoriens en tant que membre de la société civile pour dire que nous n’avons plus besoin de conflits. Que nos dirigeants mettent en place des systèmes qui permettront aux populations d’avoir des conditions de vie décente.

6

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

six − deux =

SNEDAI