A la uneNews & People

Mise en quarantaine à l’INJS: Les “binguistes” dénoncent des injustices

Aka Aouélé

Aka Aouélé

L’Institut National de la Jeunesse et des Sports a été désigné centre de mise en quarantaine des voyageurs en provenance des pays où le coronavirus sévit avec plus de 100 cas. Cette mesure prise n’aura pas tenu longtemps eu égard à la grogne des pensionnaires qui y ont fait moins de 24 heures.

À l’arrivée, certains comme le Révérend Zahui ont décrié le fait que des personnalités et leurs proches sur leur même vol, ont reçu des traitements de faveur. Les noms de l’épouse d’A’Salfo, Max Gradel, Jacques Anouma, les enfants du ministre Bictogo sont cités parmi ceux qui ont pu, grâce aux services sécuritaires, rentrer sereinement chez eux pendant que la masse des autres voyageurs est éconduite à l’INJS.

Ils dénoncent aussi le fait que le site ne soit pas adapté pour recevoir ce monde. Les conditions y sont précaires, manque d’eau manque de nourriture, manque de papier hygiénique, de savon et autres gels hydro-alcooliques.

Face aux récriminations des “réfugiés de force” qui comptent parmi eux des enfants, le Ministère a consenti de les laisser rentrer chez eux. Ils seront confinés et suivis depuis leur domicile respectif.

“Tous ceux qui ont été confinés à l’INJS pourront rentrer chez eux à la maison, et le confinement se poursuivra chez eux avec un suivi”, déclare le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique Aka Aouélé.

Les conditions non requises dans le centre ont très vite obligé les autorités à changer d’option. L’appel au calme et au respect des mesures préventives de manière individuelle est de mise. Les vols en provenance des pays qui ont enregistré plus de 100 cas de contaminations seront suspendus dès ce jeudi.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

cinq + huit =