A la uneNews & People

L’analyse et les notes du match amical France vs Côte d’Ivoire (2-1)

fra civ

fra civ

La Côte d’Ivoire perd son match contre la France 2-1 dans les ultimes minutes après avoir ouvert le score par Nicolas Pépé.

Les bleus ont d’abord égalisé par le briscard Olivier Giroud en première mi-temps avant de venir à bout d’une belle équipe de Côte d’Ivoire sur un corner mal négocié. Le coup de tête victorieux d’Aurelien Tchouaméni finit dans les buts Badra Ali Sangaré.

Défaite coercitive 2-1 !

 

ON A AIMÉ

  • Le 4-3-3 : La meilleure formule tactique des éléphants ces dernières années ! Cette formation avec 3 milieux de terrains (avec les profils des hommes forts qu’on a dans l’entrejeu) permet à notre équipe d’avoir une meilleure assise technique, de pouvoir assurer les couvertures défensives et aussi pouvoir se permettre des projections en phase offensive. La Côte d’Ivoire a montré une bonne adversité à la France en se créant de nombreuse occasions.
  • Un Nicolas Pépé en feu : Il a brillé par sa percussion, ses déboulés sur le côté, ses dribbles, ses frappes. Il a été récompensé en inscrivant un but.
  • Les sauvetages de Badra Ali Sangaré : Le gardien a répondu présent sur certaines actions qui auraient pu coûter un but.

ON N’A PAS AIMÉ

  • Le jeu aérien en défense : Les deux buts encaissés par la Côte d’Ivoire sont venus de deux coups de tête. Les défenseurs centraux (Eric Bailly, Willy Boly, Odilon Kossounou) ont été dominés dans les airs par Olivier Giroud et Aurélien Tchouaméni.
  • La gestion des dernières minutes : L’une des faiblesses de notre équipe, la gestion dans les dernières minutes, on sent chaque fois une équipe peu sereine et vulnérable en cas de coup de force de l’adversaire. Des fautes évitables, des relances mal soignées, des erreurs de justesse technique, le manque d’agressivité défensive, le dernier but encaissé n’avait pas lieu d’être.

LE ONZE DE DÉPART

277133743_719308022761995_705368415313004809_n

Crédit images : Soutien Aux Éléphants

LES NOTES DU MATCH

(Note d’équipe : 5,15 )

SANGARÉ BADRA ALI : (7/10)

Depuis la CAN au Cameroun, Sangaré Badra Ali a pris des galons et continue de s’affirmer comme le nouveau N°1 indiscutable en l’absence de Gbohouo. Prompt sur les parades, il lui manque une meilleur coordination dans le jeu aérien avec ses défenseurs centraux pour devenir infranchissable.

ERIC BAILLY : (6/10)

Le défenseur de Manchester United malgré son temps de jeu très réduit en club, montre lors de ses dernières sorties avec les éléphants qu’il reste un guerrier sur qui compter. Il s’est montré beaucoup plus serein dans les relances et costaud dans les duels.

WILLY BOLY : (4,5/10)

Le roc de Wolverhampton qui a perdu sa place de titulaire en club manque de rythme. Cela se ressent dans ses performances avec la sélection. Intraitable dans les airs, il a plusieurs fois été dépassé par les centres.

SERGE AURIER : (5,5/10)

Le capitaine a répondu présent sur son côté droit, son alter ego en attaque dans son couloir Nicolas Pépé lui a facilité la tâche. Il pu monter, dédoubler des fois et frapper au but. Le bémol, on l’a senti friable en un contre un face à Théo Hernandez.

GHISLAIN KONAN : (7/10)

L’une des plus grosses ascensions en sélection. Ghislain Konan est au top avec la Côte d’Ivoire. Offensivement comme défensivement, il assure. Le latéral de Reims a muselé le virevoltant ailier français Kingsley Coman qui n’a pu “rien créer” au cours du match. Ghislain a aussi montré qu’il a une très grosse frappe. La Côte d’Ivoire tient son Roberto Carlos.

SERI JEAN MICHAEL : (6,5/10)

Jean Michael a enfin trouvé sa place dans le milieu à 3. Devant la défense, il a ses aises pour pouvoir orchestrer les relances et les sorties de balle. Il a été efficace dans le jeu et les couvertures.

IBRAHIM SANGARÉ : (6/10)

Ibrahim Sangaré avait fort à faire au milieu avec en face Paul Pogba. Le milieu du PSV a opposé une bonne adversité, Pogba a été moins en vue, ce qui a permis aux ivoiriens d’étaler leur jeu à plusieurs reprises. Il a été au début de l’action emmenant le but de Pépé.

FRANCK KESSIÉ : (5,5/10)

Franck Kessié n’a pas eu le rayonnement auquel on s’attendait. Il a toutefois su assurer son rôle de troisième récupérateur. Force est de le reconnaître, en face, il y avait une équipe de France bien plus expérimentée. On aurait voulu le voir porter le ballon, combiner avec les ailiers ainsi que l’avant-centre Sebastien Haller.

NICOLAS PÉPÉ : (7,5/10)

Tout feu, tout flamme ! Nicolas Pépé était inarrêtable sur son côté droit, mettant en souffrance les frères Hernandez, Théo et Lucas. Virevoltant, audacieux, il est l’auteur de l’unique but des ivoiriens face à la France de toutes l’histoire des confrontations entre ces deux pays. Reste à soigner ses retraits et ses passes avec son avant-centre Haller.

WILFRIED ZAHA : (5/10)

Wilfried Zaha a été timide dans ce match face à la France. On l’a senti moins incisif sur son côté gauche. Disponible dans le jeu d’équipe et dans le repli défensif, on aurait souhaité le voir débouler et apporter du danger sur son aile.

SEBASTIEN HALLER : (5/10)

C’était un match important pour Haller qui a joué dans les sélections espoirs des bleus. L’attaquant isolé en attaque n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent.

Les remplaçants

MAX GRADEL : (4/10)

Quasi invisible depuis sa rentrée, il n’aura rien apporter. Il aurait dû peut-être entré en jeu plutôt.

KONATÉ KARIM : (4,5/10)

Pour son premier match avec les éléphants, Konaté Karim n’a pas eu l’occasion de se montrer décisif. Espérons qu’il en aura l’occasion prochainement avec un bien meilleur temps de jeu.

MAXWELL CORNET : (4,5/10)

Comme les autres, Cornet n’a pas eu l’occasion de se montrer avec le faible temps de jeu ainsi que la tournure du match.

ODILON KOSSOUNOU : (4/10)

Il est l’un des espoirs au poste de défenseur de la sélection. Odilon Kossounou montre toutefois de plus en plus de fébrilité dans son jeu défensif. C’est d’ailleurs sur un mauvais marquage de sa part que les français ont égalisé. On le sent en manque de confiance. On attend beaucoup plus de lui.

PAUL EDGARD AKOUOKOU : (4/10)

Jeté dans le bain pour sa première avec les éléphants, Paul Edgard n’a pas brillé. Ce type d’affiche de prestige réussit très peu aux nouveaux en sélection, c’est le cas du milieu du Betis Seville qui a été approximatif dans le jeu.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

16 − 14 =

SNEDAI