A la uneNews & People

Vincent Toh Bi Irié présente ses 6 livres dont un sur la crise socio-politique en Côte d’Ivoire et un autre en hommage à Hamed Bakayoko

745A4482 (Copier)

745A4482 (Copier)

Ce 31 janvier 2022 à la salle Chandelier du Sofitel Abidjan Hotel Ivoire, l’ancien Préfet d’Abidjan de 2018 à 2020 a procédé à la présentation non pas d’un, mais de ses six livres.

On le savait passionné d’écriture, il en faisait beaucoup usage durant son mandat de Préfet sur les canaux de communication comme Facebook. On le savait aussi étudiant en Lettres Modernes durant son parcours scolaire. On pressentait dès sa démission en Août 2020 qu’il pourrait un jour nous sortir un recueil ou toute œuvre littéraire, mais on ne s’attendait pas à ce qu’il présente d’un coup six ouvrages, fruit de sa fertilité en inspiration et son dévouement pour faire changer les choses.

“L’étrange Préfet”, “La rage de vaincre”, “Tribulations”, “Jours de colère”, “Face à Facebook” et l’ouvrage hommage à “Hamed Bakayoko, le self made man”… Voici les six livres qui ont été présentés à la presse et au parterre d’invités de marques parmi lesquels on retrouvait entre autres le footballeur Max Gradel et son épouse, l’artiste chanteur chef d’entreprise et promoteur culturel A’Salfo, le chef d’entreprise et consultant Stanislas Zeze, l’ex athlète vedette et chef d’entreprise Serge Doh, l’iconique chanteur Meiway, l’humoriste Agalawal, l’animateur Yves de M’Bella et de nombreux influenceurs et activistes dont Emma Lohoues, Jeff Le Béninoa, Hassan Hayek…

« Quand vous avez une expérience pareille, vous ne pouvez pas exercer une telle responsabilité nationale comme si de rien était. Vous essayez de rapprocher l’humain du centre de votre communication. Cela passe par la proximité », en revenant par ces mots sur son processus de direction quand il était Préfet, Vincent Toh Bi Irié rappelle tout le fondement de son engagement pour le partage “mutuel” et la réciprocité avec la communauté.  « L’essence de votre existence sur terre, c’est dans votre investissement dans l’autre ». Même s’il n’exerce plus cette fonction hautement importante dans la hiérarchisation de l’administration du pays, Vincent Toh Bi Irié veut continuer à impacter positivement la jeunesse ivoirienne en manque de repère et le plus souvent désorientée.

Avec “L’étrange Préfet”, il veut démystifier le pouvoir politique, particulièrement sous nos tropiques. Les titres en Afrique éloignent beaucoup plus nos cadres de la communauté au lieu de les rapprocher. C’est ce qu’il partage autrement dans “Face à Facebook”, un outil qu’il avoue pourtant ne pas maîtriser mais avec lequel il a dû s’adapter : « J’ai compris l’utilité de Facebook dans la gestion d’une communauté ». “La rage de vaincre” est une œuvre qui a trait au développement personnel, à la motivation. “Tribulations” s’inscrit dans le même ordre d’idée, montrer aux plus jeunes comment se construisent nos modèles de réussite d’aujourd’hui comme A’Salfo ou Max Gradel.

Dans “Jours de colère”, Vincent Toh Bi Irié revient sur une page noire de l’histoire de la Côte d’Ivoire, la crise sociopolitique qui a failli mener notre pays dans le chaos. Pour lui qui a mené des missions de paix mandaté par des organisations internationales dans les contrées les plus touchées par la guerre, il était primordial de scruter ce chapitre.

Quant au dernier ouvrage en hommage à Hamed Bakayoko, plutôt que de se lancer dans de dithyrambiques « atalakus » au grand homme qu’a été le défunt premier Ministre, Vincent Toh Bi Irié s’est plutôt penché sur des scènes de vie partagées avec lui, des scènes qui retracent l’Homme dans sa nature simple d’humain.

« Je voudrais féliciter l’auteur pour son état d’esprit, pour cette audace de vouloir justement parler parler des maux de notre société pour qu’on en discute. Ce n’est pas dans une logique de critique, c’est dans une logique constructive qui permettrait justement aux jeunes, aux moins jeunes de comprendre qu’est-ce qu’on a identifié comme les tares de notre société qu’on devrait rectifier afin d’avoir des sociétés fortes », a noté Stanislas Zeze au terme de la présentation de l’auteur, par ailleurs Président de l’ONG Aube Nouvelle.

Revivez ces moments en images grâce aux captations de Aziz Ganiyou.

ROLYVAN

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

quinze − deux =

SNEDAI