A la uneEvenementsNews & People

Mino Film Festival : Un rendez-vous pour éveiller les consciences sur l’urgence de s’engager tous dans la lutte contre les violences faites aux femmes

mff1

mff1

Ce jeudi 23 novembre s’est tenue la première édition du Mino Film Festival à Abidjan au Majestic Cinema du Sofitel Ivoire.

Le Mino Film Festival est une idée de la réalisatrice centrafricaine la plus ivoirienne Prudence Maidou. Porté par la structure Môbali Production qu’elle a co-fondé avec Idriss Babanani, ce festival est une invite à l’éveil de conscience sur le fléau des violences faites aux femmes et à leur impact sur les enfants, témoins clés.

“Etant petite, je vivais dans une grande famille. J’avais pour habitude de voir ces actes, des scènes de violences conjugales, se passer dans ma famille sans pouvoir faire quelque chose. On avait l’impression que c’est quelque chose de normal. J’ai eu envie d’interpeller nos papas, nos mamans, sur le sujet et de dire que ce n’est pas seulement la femme la victime, il y a aussi les enfants”, partage Prudence Maidou. Envisager que ce phénomène s’estompe dans le futur, c’est s’engager dès maintenant dans la lutte et la sensibilisation à tous les niveaux, même par le cinéma.

Bien avant la projection du court-métrage, Mino, clou du festival, les participants ont eu droit à une conférence de presse puis un panel avec au pupitre l’acteur-producteur Franck Vlehi, Aissata Sidibé Ndia, présidente et fondatrice de Yelenba Women in Action, Jean Claude Diplo, président du Groupement Professionnel des Miniers de Côte d’Ivoire, Lieutenant Yapo Yapo Appolinaire et l’éminent journaliste Philippe Di Nacera. Méganne Boho, présidente de l’association féministe La Ligue, a également pris part au panel de ce festival qui se déroule à deux jours du début de la campagne des 16 jours d’activisme de lutte contre les violences faites aux femmes.

Le court-métrage Mino dure 12 minutes. Il raconte l’histoire d’une petite fille éblouie par la beauté de sa génitrice. Tous les matins, celle-ci met énormément de temps dans la salle de bain avant de l’emmener à l’école. La fillette regarde sa maman avec les yeux remplis d’étoiles jusqu’au jour où, elle découvre des bleus derrière son maquillage. Dès lors, la jeune héroïne va défendre sa mère victime de violence conjugale.

Un appel à candidature sera bientôt lancé avec un fonds de 10.000.000 FCFA pour la réalisation du film qui sera projeté à l’édition prochaine.

Retour en images.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

dix-neuf + neuf =

SNEDAI