A la uneNews & People

Dalila Dalléas Bouzar expose de manière “innocente” à la galerie Cécile Fakhoury

79964804_10216188500966802_6625023024431104000_o

79964804_10216188500966802_6625023024431104000_o

Le jeudi 13 Décembre dernier, la galerie Cécile Fakhoury a abrité une exposition hyper atypique, une “exposition innocente”, par Dalila Dalléas Bouzar. Rien que la dénomination préparait les participants à quelque chose d’inédit.

C’est sur le coup de 19h qu’a véritablement démarré le “show”. La foule massée devant l’estrade attendait patiemment l’artiste. À vrai dire, personne ne savait à quoi s’attendre en face du mur noir, opaque. Tout à coup surgit une forme drapée, gisant à même le sol. On ne l’a pas vu venir avec le jeu de lumière orchestré. Après plusieurs gesticulations et incantations sous le voile noir, on s’aperçoit petit à petit qu’il s’agit de notre artiste, en tenue d’Ève, pratiquement nue, d’où la fameuse dénomination “innocente”.

Dalila Dalléas va “arroser” toute l’estrade avec de l’encens, histoire de marquer le caractère sacré du spectacle, avant de s’adonner à des rites qui rappellent la condition des femmes, la femme être inférieur (par rapport à l’homme), la femme servante, la femme sensible, mais aussi la femme battante, la femme sensuelle, la femme indépendante. Les différentes étapes de son rituel aboutissent à la libération, libération de celle qui en début de spectacle était drapée, ou du moins embrigadée dans un voile noir.

Ce “show” qui s’est terminé sous des ovations nourries du public était aussi accompagné d’un vernissage, une série de douze peintures. Au delà de l’exposition, Dalila nous a confié que : “Le corps de la femme appartient à la femme seulement, il n’appartient ni à la société ni aux hommes”. C’est le message qu’elle souhaite bien adresser aux femmes et au monde entier.

 

Pour rappel, c’est la deuxième exposition personnelle de la franco-algérienne à Abidjan.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

quinze − cinq =