News & People

Koiffure Kitoko: plus que 5 en compétition !

kk4

kk4

C’est le 17 Mars dernier qu’a démarré la seconde saison de Koiffure Kitoko. Nous sommes actuellement au prime 4 et il ne nous reste plus que cinq candidats sur les huit participants.

Lors du dernier prime, six candidats étaient en lice. Alphonse du Togo, Martine de la RD Congo, Manina du Sénégal, Mado du Burkina Faso, Henri du Cameroun, et Sally la représentante de la Cote d’Ivoire.

Les six candidats ont rivalisé sur les épreuves qui leur ont été proposées. Lors de l’épreuve technique, les candidats disposent de 25 minutes pour poser des extensions à la colle et réaliser un dégradé long. Pour l’épreuve artistique, les coiffeurs doivent utiliser des plumes en 30 minutes pour créer des coiffures « à l’indienne ».

Lors de l’épreuve de rattrapage, Mado et Henri doivent reproduire la coiffure de Tiwa Savage en 30 minutes. Henri, en rattrapage pour la 3e fois, commence à douter de lui, mais se lance dans l’épreuve avec hargne. Il le sait et le dit, le « copier-coller », c’est son truc. Il s’offre même le luxe de terminer sa coiffure 10 minutes avant la fin. Et, toujours dans la lune, fini par s’égarer en ajoutant des accessoires n’apparaissant pas sur la photo. Mado, elle, atteint ses limites et dévoile ses failles. Elle se sait en effet pas bien utiliser le matériel et se laisse gagner par la pression.

Finalement, Mado se fait éliminer, et les membres du jury n’osent pas utiliser le joker. Elle quitte donc l’aventure.

Il reste donc plus que cinq candidats en compétition: Alphonse, Martine, Manina, Henri et l’ivoirienne Sally qu’on espère voir jusqu’au bout comme sa compatriote Aimée, vainqueur de la première édition.

On est par ailleurs surpris par la ténacité des hommes. L’année dernière, il n’y avait pas de garçons dans la compétition. Cette année les deux qui se sont présentés ont atteint le Top 5.

On attend de voir ce que nous réserve la suite de la compétition. Restez connectés sur A+ tous les vendredis à 20h30.

ROLYVAN

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *