Evenements

Murielle Ahouré raconte sa vie d’athlète aux élèves de Mermoz

IMG-20181012-WA0019

IMG-20181012-WA0019

Murielle Ahouré a partagé sa vie d’athlète avec les élèves du Lycée International Jean-Mermoz de Cocody. Les échanges ont eu lieu ce jeudi 11 octobre 2018 au sein dudit établissement. Les élèves, très enthousiastes, étaient présents en grande masse pour communiquer avec la championne du 100m dame.    

Il est 16h18min lorsque Murielle Ahouré, athlète professionnelle, foule la salle où l’attendent les élèves de cet établissement de prestige. Elle est accueillie comme une championne avec des applaudissements et des cris de joie. Cette initiative d’organiser des journées d’échanges entre les élèves et des modèles, anciens de l’école, est l’idée de « AMERMOZ » l’organisation des anciens élèves en collaboration avec les dirigeants de l’établissement.

Jean Louis Kouamé, ancien et président de l’association, dans son adresse d’ouverture, a expliqué les missions de l’association des anciens élèves de Mermoz « AMERMOZ a été mis en place afin de permettre aux élèves de rester en réseau une fois sortie de l’école. Nous travaillons selon certaines valeurs : rassembler, collaborer et avancer », a-t-il expliqué. Il est lui-même directeur général d’une banque.

Juste après, la championne en sprint prend la parole. Elle explique, aux apprenants présents ce jour-là, à quel point l’athlétisme et elle ne forment qu’une personne « Le déclic de l’athlétisme m’est venu quand j’étais à l’Université de Miami à 17ans. La première fois que j’ai couru devant mon professeur de gymnase, il a trouvé que mon record était celui d’un homme. Il m’a encouragé et m’a galvanisé à continuer,  je n’ai pas de vie en dehors du sport. L’on ne peut me dissocier de cette discipline » répondait-elle à un élève de terminale qui posait une question. « Les matins, je me réveille entre 4h30 et 4h45 du matin. Je fais des étirements avant de partir  au stade pour l’entrainement. Puis dans l’après-midi je pars voir mon kinésithérapeute ou ma masseuse, tout va dépendre de la saison ». a-t-elle affirmé. Des échanges enrichissants ont également eu lieu entre elle et les élèves qui la bombardaient de questions. Cette cérémonie a été un réel moment de partage d’expérience.

Fabrice N’dé

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

15 − quatre =