A la uneNews & People

[LIFE 155] Kadhy Touré: “J’ai toujours voulu faire du cinéma”

Kadhy Touré (Copier)

Kadhy Touré (Copier)

Élue meilleure actrice féminine 2019, Kadhy Touré continue peu à peu d’écrire en lettres d’or son nom dans le cinéma ivoirien. D’actrice, la native de Bouaké est passée à la production. Elle nous livre, dans cet entretien, ses ambitions…

« J’AI TOUJOURS VOULU FAIRE DU CINÉMA. »

Depuis combien d’années êtes-vous dans le cinéma ?

On va dire depuis 11 ans, en 2008, plus précisément ! Ça a été toujours une passion depuis toute jeune ? Oui, en effet, j’ai toujours voulu faire du cinéma. Je ne voulais rien faire d’autre à part le cinéma. Et donc, je me suis fixé cela comme objectif de ma vie, et puis voilà ! c’est ce qui se réalise en ce moment.

11 ans après, Kadhy Touré est élue meilleure actrice cinéma de Côte d’Ivoire en 2019. Vous attendiez-vous à une telle distinction ?

C’est non seulement un honneur pour moi, mais cette distinction représente aussi un grand défi à mes yeux. Dès lors que les gens apprécient ce que vous faites, alors vous ne devez plus rien lâcher. C’est d’ailleurs pour cela que je dois continuer à bosser dur et m’améliorer pour les prochaines productions.

Qu’est-ce qui aurait milité en votre faveur pour être ainsi distinguée ?

(Rires). Je ne sais vraiment pas ! Mais, je pense que cela doit venir du film ‘’L’interprète’’ qui a été un gros succès. Et je pense que cela a donné l’occasion à tout le monde, et même à ceux qui ne me connaissaient pas avant de me découvrir. Mieux, je pense que le rôle que j’ai campé dans ce long-métrage a tellement impacté positivement beaucoup de femmes, d’hommes et de foyers que cela qui a milité en ma faveur.

L’on a eu droit à ‘’L’interprète 1 et 2, réalisés par vos soins. Comment parvient-on à basculer d’actrice à la production ?

Vous savez, je suis très anglophone dans la tête. J’ai un esprit d’entrepreneur et je suis du genre à aller toujours à un étage plus haut. Et donc pour moi, être actrice était comme être employée dans une entreprise. A un moment, il faut bien passer d’employé à employeur…Et, c’est de là que je passe à la production.

C’est donc le film ‘’L’interprète’’ qui a créé le déclic dans votre carrière ?

‘’L’interprète’’ a révélé beaucoup de choses en moi. D’abord la femme productrice, la femme scénariste et la femme actrice. Et, cela a contribué à faire un boom dans ma carrière.

Comment parvenez-vous à assumer toutes ces casquettes ?

Je dirai tout simplement que c’est une question d’organisation. Et, comme j’ai pour habitude de le dire, il faut toujours faire ce qu’on aime dans la vie. Et tu n’auras pas l’impression de travailler. Il est vrai qu’avec tout le succès que mes films ont eu, je ne puisse pas avoir beaucoup de temps pour autre chose, mais je peux me donner des heures supplémentaires et cela ne me dérange pas.

Quels sont les rôles que Kadhy aime bien jouer, lorsqu’elle est approchée ?

Aujourd’hui, j’accepte les rôles que je n’ai pas encore eu l’occasion de jouer, car, cela fait un peu plus différent. Je ne veux pas rester dans un registre particulier. Si vous me donnez par exemple le rôle d’une femme handicapée, je le joue avec plaisir. Maintenant, si vous me donnez le rôle d’une bombasse qui séduit les gens, ce sera du déjà vu (rire).

Qu’est-ce qui a véritablement changé dans votre vie depuis que vous êtes sous le feu des projecteurs ?

Pas grand-chose (rires) ! Sauf que personnellement, je me suis donné pour défi de faire de ma prochaine production quelque chose de très lourd. Le rôle même que j’aurais à jouer surprendra tout le monde parce que j’ai moi-même besoin de me ‘’challenger’’. En plus de tout cela, j’ai eu plusieurs contrats, il n’y a pas mal de personnes qui aimeraient associer mon image à leurs projets.

Quels sont vos prochains challenges ?

Comme tous les producteurs, c’est la recherche des financements pour les projets en cours. Dieu merci, aujourd’hui, nous sommes un tout petit peu avancés et, quelques portes s’ouvrent à nous maintenant. Dommage que le cinéma ivoirien ne soit pas encore à la place qu’il devrait être. Nous sommes encore très loin de Nollywood, mais nous y croyons !

Quel serait le remède miracle, selon Kadhy, pour sortir le cinéma ivoirien de l’ornière ?

Il n’existe pas de remède miracle, il faut juste que les cinéastes eux-mêmes se lèvent comme ce que j’ai fait pour financer leur production.

Outre le business du cinéma, Kadhy vient de lancer sa tisane amincissante…

Oui, il y a quelques semaines déjà que j’ai lancé cette tisane. Après mon accouchement, plusieurs personnes me demandaient comment est-ce que j’avais pu garder ma forme. Et donc là, je viens partager mon secret à travers cette tisane qui a de très bons retours déjà. Il est important pour moi d’agir positivement dans la vie des gens. Cette tisane aidera les femmes et les hommes à retrouver confiance en eux-mêmes.

Par Didier Koré, extrait du Life 155

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

quatre × quatre =