A la uneNews & People

L’analyse et les notes du match Côte d’Ivoire vs Burkina Faso (2-1)

éléphants burkina

éléphants burkina

La Côte d’Ivoire a finalement pu se défaire du hold up que les Étalons du Burkina Faso lui préparaient pour ce match amical. Menés dès la 16e minute de jeu, les éléphants sont revenus au score en deuxième mi-temps avant d’obtenir la victoire en toute fin de match (2-1).

Il faut le reconnaître, l’équipe alignée par Patrice Beaumelle était inédite. Deux joueurs convoqués pour la toute première fois ont été titularisés (les deux latéraux Wilfried Singo et Hassane Kamara). L’épine dorsale des éléphants était absente. Dans les perches par exemple, le sélectionneur a donné une chance à la doublure de Sylvain Gbohouo, Sangaré Badra Ali. La charnière centrale défensive était inédite aussi avec Willy Boly associé Sinaly Diomandé. Au milieu, Beaumelle compose avec Odilon Kossonou (défenseur central régulièrement utilisé comme 6 en sélection) en sentinelle ainsi que Ibrahim Sangaré et l’inamovible Franck Kessié. Sur le front de l’attaque, Max Gradel capitaine en l’absence de Serge Aurier, occupait l’aile droite tandis que Lago Junior se devait de débouler à gauche. En pointe, Sebastien Haller avait pour mission de secouer l’arrière garde des burkinabés. En face, les étalons du Burkina avait pratiquement leur habituel onze entrants. Sur le banc de touche, on retrouvait les expérimentés Alain Traoré et Charles Kaboré. Bertrand Traoré leader technique de l’équipe assurait le capitanat sur la pelouse.

ON A AIMÉ

La chance aux nouveaux : Patrice Beaumelle a décidé d’aligner de nouveaux joueurs, histoire de voir en situation d’autres options. D’ailleurs c’est à cela que servent les matches amicaux. Ce fut une belle perche pour des joueurs comme Sangaré Badra Ali, Wilfried Singo, Hassane Kamara et Lago Junior.

Le coaching : Patrice Beaumelle a fait des remplacements judicieux qui ont permis aux éléphants de montrer un meilleur visage sur le plan offensif. Il a pris le risque de sortir un milieu défensif pour un attaquant de plus pour apporter plus de fraîcheur devant. C’est l’un des joueurs offensifs qu’il a fait entrer en seconde période qui a donné la victoire aux éléphants.

Les Tops : Wilfried Singo – Max Gradel – Amad Diallo – Ibrahim Sangaré

ON N’A PAS AIMÉ

La pelouse : Nulle ! C’est le qualificatif pour désigner l’état de la pelouse du stade olympique d’Ebimpé lors de cette rencontre. La qualité du jeu en a été quelque peu handicapée. C’est un point à revoir et à régler pour les prochaines échéances. Il en va de l’image de notre pays qui abritera la CAN 2023.

Le manque d’automatisme : Cela fait partie des conséquences lorsqu’on choisit d’aligner des joueurs qui n’ont pas l’habitude d’évoluer ensemble. C’est un mal nécessaire pour qui veut puiser le meilleur de son effectif. Il y a eu manque de coordination par exemple entre Willy Boly et Sangaré Badra Ali sur l’une de ses sorties aériennes. Idem en défense centrale entre Willy Boly et Sinaly Diomandé par rapport au marquage de l’avant-centre adverse. Chez les latéraux, le côté droit de Wilfried Singo s’est harmonisé plus vite que le côté gauche de Hassane Kamara qui effectuait moins de dédoublements.

Les Flops : Sebastien Haller – Lago Junior

 

LE ONZE ENTRANT

LINEUP111623165562390

LES NOTES DU MATCH

(Note d’équipe : 5,5/10)

  • SANGARÉ BADRA ALI : 4,5/10

Il aurait souhaité certainement terminer ce match avec un clean-sheet. Sangaré a malgré lui encaissé un but. On a nettement senti du potentiel chez ce bonhomme à qui il manque simplement de la régularité dans les perches pour être plus en confiance et mieux communiquer avec ses défenseurs. Gbohouo garde une longueur d’avance grâce à son expérience.

  • WILLY BOLY : 6/10

Il est le leader de notre défense centrale. Depuis qu’il a rejoint les éléphants de Côte d’Ivoire, Patrice Beaumelle lui accorde toujours sa confiance faisant de la rotation en quête du binôme avec qui Willy formera une paire imprenable. Lors de ce match, son gabarit physique a servi dans les duels avec les attaquants burkinabés. Son jeu de tête reste aussi une arme sur les coups de pied arrêtés.

  • SINALY DIOMANDÉ : 5/10

Combatif, il ne rechigne pas quand il s’agit d’aller au duel avec l’adversaire. Il y a aussi une nette progression dans les relances chez Sinaly qui du haut de ses 20 ans est l’avenir à ce poste de défenseur en équipe nationale. Le seul point à régler au plus vite, les automatismes à créer avec celui avec qui il forme la charnière centrale. Qui peut se projeter, qui reste au marquage, qui doit couvrir ? À Beaumelle de diriger ses centraux.

  • WILFRIED SINGO : 7,5/10

L’une des plus fortes sensations de ce match, c’est bien sûr Wilfried Singo. Jeté dans le bain pour son premier match en sélection en substitution du capitaine Serge Aurier, Wilfried Singo n’a pas perdu de temps pour montrer ses qualités en phases défensives et offensives. Son adversaire burkinabé moins tranchant, Wilfried s’est révélé excellent en soutien de son ailier. Il aurait pu être passeur décisif si Haller n’avait pas eu le pied carré en seconde période.

  • HASSANE KAMARA : 4,5/10

Pour un premier match avec les éléphants sous nos tropiques, le natif de Saint Denis a connu le bon et le moins bon. Vif d’entrée de jeu, il s’est laissé quelque peu timoré au cours de la rencontre, hésitant sur des passes et tentant des frappes non soignées. Son style de jeu et celui de son ailier Lago Junior semblaient pourtant être complémentaires. Nous sommes restés sur notre faim. Envie de le revoir à nouveau.

  • ODILON KOSSONOU : 4/10

Le sélectionneur prend malin plaisir à positionner Odilon Kossonou en sentinelle devant la défense centrale. S’il abat physiquement le travail étant présent dans les duels et le jeu aérien, il en est moins dans la relance. Défenseur central de formation, Odilon n’a pas la vista des milieux récupérateurs qui participent grandement à l’animation du jeu. C’est un choix qui peut être probant lorsqu’on veut gérer un score. En deuxième mi-temps, Beaumelle a dû le remplacer par un joueur offensif.

  • IBRAHIM SANGARÉ : 7/10

C’est l’un des meilleurs matchs d’Ibrahim Sangaré avec la Côte d’Ivoire. On l’a senti prêt dans l’engagement physique au milieu de terrain. Il n’hésitait pas aussi à se projeter, parfois avec un peu de maladresse face au but ou dans la dernière passe. Son abnégation et sa persévérance ont fini par payer. Il a inscrit le but égalisateur des éléphants avec un plat du pied… plus que adroit !

  • FRANCK KESSIÉ : 6,5/10

Inamovible ! C’est ce qu’on peut dire de lui tant il est devenu maillon indispensable de cette équipe. Franck Kessié apporte l’assurance et l’équilibre dans cette équipe. Sa conservation de balle est un pur régal. Il ne reste plus qu’à améliorer sa finition en n’hésitant pas à frapper plus souvent au but.

  • MAX GRADEL : 7/10

En l’absence de Serge Aurier, il était le mieux indiqué pour récupérer ce brassard de capitaine. C’est un modèle de combativité sur le terrain. Tantôt à gauche, tantôt à droite, tantôt dans l’axe et généreux dans l’effort, Max Gradel a fourni un gros abattage. Désigné pour les coups de pied arrêtés, il est passeur décisif sur le but égalisateur.

  • LAGO JUNIOR : 4/10

Il fait partie de ceux qui frappent aux portes des 11 entrants des éléphants. Sur ce match, en l’absence des Nicolas Pépé et Wilfried Zaha, Lago Junior se devait d’exploser devant le public ivoirien. Il est pétri de qualité en vitesse et en dribble. Mais sur ce match, Lago Junior Wakaliblé a été dominé par son “chien de garde” burkinabé. Il a été moins rayonnant dans la percussion et ses retraits. Un point doit être mis sur la préparation mentale pour bien rentrer dans ce type de match, amical certes, mais véritable examen pour certains joueurs surtout là où il y a de la concurrence.

  • SEBASTIEN HALLER : 4/10

On n’avait jamais vu Sebastien Haller comme ça ! Sapristi ! Il a été à plusieurs reprises maladroit face au but. Son raté sur le retrait de Wilfried Singo a fait tâche d’huile. Il a paru un peu lourd et moins vif dans ses contrôles. On nous dira le syndrome de fin de saison, l’état de la pelouse et tout, mais si défaite il y avait eu, il aurait pris cher. On attend de le voir avec un peu plus de jus et de fraîcheur face au Ghana, une équipe un peu plus supérieure que celle du Burkina.

 

  • AMAD DIALLO : 7/10

Entré en seconde période, Amad Diallo a encore montré des qualités techniques dans ses contrôles de balle et des passes. Ce qui lui a manqué… On vous aurait parler d’audace, mais il nous l’a montré à la toute dernière minute de jeu en prenant ses responsabilités sur un coup franc aux abords de la surface. La splendide trajectoire qu’il a donné au ballon était imparable pour le gardien burkinabé.

  • JÉRÉMIE BOGA : 6/10

Un plaisir de voir Jérémie Boga enfiler à nouveau le maillot des éléphants des années après sa dernière sélection. Fidèle à lui-même, il a été percutant, multipliant les dribbles qui ont déstabilisé au final le latéral droit burkinabé étincelant pourtant avant l’entrée en jeu de notre ailier. Et s’il démarrait la prochaine rencontre face au Ghana ? Il est évident qu’il faut tester ce talent sur un meilleur temps pour voir ce qu’il vaut réellement et ce qu’il propose comme alternative en attaque.

  • CHRISTIAN KOUAMÉ : 6/10

Avec les A, Christian est monté en puissance sur ce match. En électron libre, il a affiché une bonne aisance technique dans sa conservation de balle. Il a aussi gagné des duels et faisait simple dans son jeu de passe. Tout ceci en très peu de temps de jeu.

 

Les éléphants de Côte d’Ivoire seront face au Ghana ce 12 juin pour un second match. On attend de voir ce que proposera Patrice Beaumelle face au Ghana voisin sur leurs installations.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

1 × trois =

SNEDAI