310696706_115857634637160_6032666115913049809_n

310696706_115857634637160_6032666115913049809_n

Les 5 et 6 novembre, l’espace canal au bois sis à Treichville accueillera une rencontre de grande envergure, du jamais vu dans l’histoire de l’évènementiel en Cote d’Ivoire.  Il s’agit de la toute 1ere Edition du Festival Bana Congo (FEBACO). Au programme, concours de libanda (Atalaku), concours de sapologie, battle de groupes de danses, gastronomie congolaise. En tête d’affiche, Serges Beynaud ira prêter main forte à l’orchestre Extra Musica Nouvel Horizon pour ce qui s’annonce être un concert une célébration de la fraternité ivoiro-congolaise à ne manquer sous aucun prétexte.

310978418_116937214529202_8666832851985775512_n

Mis en œuvre par la structure évènementielle Bastet Event, FEBACO se positionne en tant que Festival Panafricain de Musique autour de la culture congolaise, témoignage du brassage entre la culture ivoirienne et congolaise, de la valorisation du Grand Congo (Brazzaville et Kinshasa) en terre d’Eburnie. Selon Giselle Touré, commissaire adjointe en charge du FEBACO, c’est un festival culturel qui mettra en exergue la culture congolaise dans son entièreté, situation idoine pour faire connaitre aux festivaliers une autre facette du Congo en dehors de la musique, « Bana Congo » qui signifie en lingala « enfants du Congo ». Ce sera aussi l’occasion de découvrir bon nombre d’artistes congolais qui viendront spécialement participer à l’évènement, auxquelles se joindront des comédiens ivoiriens pour leur faire partager une expérience de convivialité et d’hospitalité ivoirienne. La commissaire adjointe a tenu insister que toutes les communautés soient les bienvenues.

311923707_113948041494786_2605385649421687712_n

Des stands seront mis à disposition des artisans pour l’exposition de leurs œuvres, dont une vingtaine dédiée à la gastronomie congolaise et ivoirienne. La sécurité des biens et des personnes sera assurée par la police nationale, la Croix Rouge et le Groupement des Sapeurs-Pompiers Militaires (GSPM) se chargeront de faire face aux urgences sanitaires et de coordonner la prévention de sinistres, l’a confirmé Blaise Assamoi, commissaire en charge de la sécurité qui a estimé l’affluence du festival à près de 5.000 personnes. Une vitrine pour la promotion des industries créatives et culturelles en Afrique.

Les inscriptions au concours sont payantes, les frais seront divulgués très prochainement. En ce qui concerne les récompenses à la clé de chaque compétition, 1.000.000 fcfa pour le meilleur groupe de danse (Danse congolaise sur une chanson congolaise), 300.000 fcfa pour le vainqueur du concours d’Atalaku et 200.000 fcfa au sapeur le plus élégant du festival. Les tickets d’entrée sont au prix de 5.000 pour Grand Publique, 10.000 pour Choco et 15.000 pour VIP.

« La sensibilisation des jeunes contre l’immigration », thème coopté pour ce festival panafricain consacré à la culture congolaise en Cote d’Ivoire, une cerise sur le gâteau dont a fait bonne chère la noce ente le Congo et la Cote d’Ivoire.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

dix-sept + dix-huit =

SNEDAI