News & People

Claire Bahi: “On a des cachets très misérables en Côte d’Ivoire”

claire bahi domolo

claire bahi domolo

Claire Bahi est très en colère. Elle plaint la situation désastreuse des artistes très souvent exploités par les promoteurs de spectacle en Côte d’Ivoire.

La chanteuse est très remontée. Depuis un moment, certains artistes ivoiriens à l’instar de Dj Arafat, Debordo Leekunfa et Kedjevara sont montés en créneau pour demander plus de respect et de meilleurs cachets. C’est maintenant au tour de Claire Bahi d’afficher son ressenti sur le sujet.

“On a des cachets très misérables en Côte d’Ivoire. L’artiste ivoirien souffre. Et c’est dommage ! Je bénis Dieu parce que j’ai la chance d’aller à l’international. Mais imaginez pour ceux qui n’ont pas cette chance. Un seul spectacle à Londres fait 10 spectacles ici. Les gens disent que les artistes coupé-décalé font du bruit et ne savent pas chanter mais on vous fait danser. Ça suffit !”

Elle lance un appel aux sociétés de téléphonies mobiles et toutes les grosses structures qui sollicitent les artistes pour de spectacles à entrer directement en contact avec leur staff à cause des “coupeurs de route” qui leur mènent la vie dure. Il arrive des fois que ces entremetteurs prennent 50% du cachet de l’artiste qui se retrouve finalement avec pas grand-chose quand il finit de gérer son transport, son hébergement son orchestre et ses danseurs, sans oublier son staff managérial.

Ce samedi 24 mars, elle avait été invitée à Gagnoa pour un spectacle sponsorisé par une maison de téléphonie mobile. 400.000 FCFA lui ont été proposés là où elle pouvait toucher le double. Claire Bahi a refusé. C’est ce qui a engendré sa réaction. “L’argent foutaise, je n’en ai pas besoin. Dieu pourvoira”.

Claire Bahi a par ailleurs remercié les fans de leur soutien. “Je n’étais pas venue pour faire 10 ans mais tellement vous m’avez adoptée, je continue de faire et je fais ça bien”. Justement, “Fais le bien” est le titre de son dernier single dont le clip vidéo a coûté plus de 3 millions.

Rolyvan

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

4 × 3 =

SNEDAI