A la uneLife styleSociété

Chez nous pays : Ce qu’il faut savoir sur les Abbeys !

Abbey

Abbey

À la découverte de notre culture et de nos sites touristiques à valoriser dans notre rubrique “Chez nous pays”, nous mettons un point d’honneur aujourd’hui sur le peuple abbey. Leur histoire et leurs traditions sont exposées dans cet article.

HISTOIRE

Il y a deux légendes sur les origines des abbeys. Selon la première, les abbeys seraient originaires du Ghana voisin, descendants des Agouas, Agnis Brafe, N’Deniés, Moronous. Le premier ancêtre des abbeys se nommerait Kery Kery. C’est pendant le règne de son arrière petit-fils, menacés par leurs voisins Ashantis et Konogos, qu’ils vont se déplacer pour des terres paisibles, à l’ouest, sur le territoire ivoirien. Après avoir traversé la Tanoé et la Comoé, ils décident de s’installer entre Agboville et Adzopé. Ils y créent un village nommé Douda appelé aujourd’hui Grand Morié.

Selon la seconde légende qui relève vraiment du mythe, certaines sources orales affirment que les Abbeys auraient toujours habité le pays qu’ils occupent actuellement depuis la création du monde et qu’ils ne viennent de nulle part : les Abbey sont ceux que « Dieu a jeté du ciel sur la terre ».

LA RÉVOLTE DE 1910

Durant la période coloniale, une révolte laminaire du peuple Abé en janvier 1910 (début 1905, fin 1918), conduit à la déportation de plusieurs ressortissants de ce groupe ethnique vers la Centrafrique et le Congo-Brazzaville. En effet, les Abbeys se révoltent, lassés des excès commis par les colons dans le cadre du portage, du travail forcé et des injustices dont ils sont constamment victimes (confiscation d’armes juste après le versement des lourdes taxes requises pour leur transport, actes arbitraires, piétinement de la dignité humaine, etc.).

DES ABBEYS AU CONGO ET EN CENTRAFRIQUE ?

Il se dit que les anciens Chefs d’Etat Jean Bedel Bokassa, Félix Patassé et Denis Sassou Nguesso sont des descendants des abbeys déportés en 1910 en Centrafrique et au Congo suite à la révolte des abbeys. Les colons avaient jugé bon d’éloigner les frondeurs et meneurs de la lutte pour étouffer les résistances. Les patronymes de ces chefs d’Etat ressemblent bien à des patronymes abbeys de Côte d’Ivoire. La vraie identité pour Jean Bokassa serait Boka Assa, Pata Assé pour Patassé et Souassou Ngbesso pour Sassou Nguesso.

GÉOGRAPHIE

Ils vivent essentiellement dans la région d’Agboville, à 79 km au nord d’Abidjan. On les retrouve donc dans les départements préfectoraux d’Azaguié, Rubino, Loviguié, Grand Morié,… Il y a aussi des abbeys dans les zones de Tiassalé, N’Douci, Bingerville, Lakota et Divo.

TRADITIONS & COUTUMES

Le village abbey est dirigé par un chef sous la bénédiction d’un nanan ou chef de terre qui a un pouvoir spirituel. Ils sont regroupés en 5 grands cantons si on ajoute le peuple satellite Krobou. Ce sont les cantons Morié, Tchôffo, Kôss ou Khôn, Abè-vé et Krobou.

On ne peut parler de culture abbey sans mentionner la fête des ignames. On la célèbre à deux reprises durant l’année. La première, beaucoup plus sobre, est appelée le sacrifice du Miripoh. La seconde fête, le Djidja, se déroule sur trois jours. Il s’agit en effet d’une fête de purification qui marque la fin d’une année et le début d’une autre. Le premier jour des festivités, l’igname est le seul met consommé par les populations.

ALLIANCES INTER-ETHNIQUES

Les abbeys sont alliés principalement aux didas. Ils le sont aussi aux Abourés, Abidjis, M’Battos.

 

Sources : Wikipedia – Rezo Ivoire – AKA Konin collection digitale« documents de sciences humaines et sociales »

 

 

 

Partager

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

16 − 9 =

SNEDAI