A la uneSociété

Tension à la casse d’Abobo : Le Ministre Félix Anoblé s’adresse aux ferrailleurs

felix anoble1

felix anoble1

Depuis le début de cette année, il y a une vive tension dans la commune d’Abobo, plus précisément dans le quartier Anador où se trouve depuis plus de 20 ans, l’une des plus grandes casses d’Afrique de l’Ouest.

Les ferrailleurs sont sommés de quitter les lieux pour un autre emplacement, à Ndotré. L’endroit occupé actuellement sera réaménagé. Sont annoncés comme en terme d’infrastructures à construire, un échangeur, un CHU, une piscine olympique, un lycée et des espaces verts pour embellir la commune d’Abobo dans cette zone réputée insécurisée.

La semaine dernière, une vive altercation entre les forces de l’ordre et les ferrailleurs a éclaté paralysant le trafic abidjanais toute une journée dans ce secteur important de la commune. Les forces de l’ordre commis par les autorités compétentes empêchent les ferrailleurs d’ouvrir leurs magasins à la casse d’Anador.

M. Félix Anoblé, Ministre de la Promotion des PME, de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur Informel en compagnie de la Maire d’Abobo Kandia Camara a rencontré les responsables des groupements de ferrailleurs à Ndotré sur le nouveau site de la casse. Voici son message recueilli par nos confrères de 7info :

« Demande aux artisans qui ont des magasins de venir occuper les magasins et libérer les magasins qui sont là-bas. Il n’est plus question de parler d’Anador, oubliez Anador ! En attendant que les magasins deviennent individuels, on va faire un entrepôt préfabriqué, vous allez y rester. Il n’est plus question de parler d’Anador. Le site de vente de tout le monde à partir de maintenant, c’est ici ! Parce que c’est la seule condition pour que tous les abidjanais qui cherchent de la ferraille viennent ici. On ne peut pas avoir des ferrailles dispersées partout. Et puis vous-mêmes, vous êtes des hommes d’affaires, pourquoi vous voulez qu’on vous chasse tous les jours ? Pourquoi voulez-vous qu’on dérange votre commerce ? Le commerce a une âme, il veut être tranquille. L’argent n’aime pas le bruit. Là où il y a du bruit, on est entrain de fermer, on est entrain de chasser les gens, quels clients ira là-bas ? »

Des paroles fortes qui ne satisfont pas visiblement les ferrailleurs qui reprochent aux autorités d’avoir prévu pour l’instant que 300 magasins tandis qu’ils sont 4000 à devoir aménager sur le nouveau site à Ndotré.

Nous y reviendrons.

ROLYVAN

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

13 − cinq =

SNEDAI