News & People

Sangaré Lamine parle de ses démêlés avec Debordo Leekunfa

IREN4699 (Copier)

IREN4699 (Copier)

Le promoteur de spectacle du concert de Debordo Leekunfa le 31 Mars dernier est sous le feu des projecteurs. Si tout semblait bien rouler entre l’artiste et lui avant le concert, cette situation a changé les jours qui ont suivi.

En effet, Debordo Leekunfa l’a fait arrêter pour non paiement de son cachet estimé à 25 millions. Debordo aurait reçu une avance de 10 millions, 15 millions étaient impayés. Sangaré Lamine avait besoin de temps pour solder, chose que n’a voulu lui accorder Debordo, de peur qu’il ne prenne la fuite pour son cocon aux Etats-unis.

“Je me suis beaucoup battu pour cet artiste que j’ai porté dans mon cœur❤️. Si aujourd’hui, on le compare à la concurrence c’est bien parce que je l’ai soutenu dans tous ces projets depuis les USA 🇺🇸. Et je suis peiné de voir que celui que j’ai considéré comme un ami, un frère, salisse aujourd’hui mon nom et celle de ma famille. Mais une chose est sûre c’est que le mensonge peut prendre l’ascenseur ou l’avion; et la #Vérité avec grand V marchera, arrivera à destination pour taire les faux dires. Si je n’ai pas voulu de son bien, en refusant de le payer que tout ce que j’entreprends ne réussissent pas!! Je lui ai tout juste demandé de m’accorder jusqu’au Mardi 3 Avril comme le Lundi était férié pour aller à la banque et régler son cachet; chose qu’il a refusé en me disant <<si tu ne me donnes pas mon argent ce soir du 31 Mars, je ferai tout pour que tu partes en prison>>. Il a plutôt valorisé l’argent, au lieu de l’homme que je suis, celui qui s’est tant battu pour lui. Il fait même croire aux gens que j’étais sur le point de voyager sans le payer, alors qu’on me présente un vol de ce jour ou même du mois où mon nom était inscrit sur la liste des passagers. Sur ce voilà ma part de vérité, comprendra qui pourra!!! Merciii”

Ce sont les mots de Sangaré Lamine à propos de toute cette affaire qui prend d’autres allures. De part et d’autre on ne cesse de citer des hommes de pouvoir comme protecteurs et défenseurs pour qu’ils agissent dans cette histoire.

Les tickets ne sortaient pas comme ils l’espéraient après plusieurs jours de mise en vente. Debordo Leekunfa restait tout de même confiant. “Alors que nous nous attendions à plus de 9.000 personnes ce jour là. Jusqu’à 18h, nous étions à peine à 2000 personnes. (…) Ils (Ndlr: Staff de Debordo) faisaient entrer des gens gratuitement pour assister au concert, juste pour faire le remplissage et éviter le “Poto”.”, confie-t-il à nos confrères de Vibe Radio. À propos des 15 millions à payer, Sangaré Lamine poursuit: “J’ai dû payer la somme de 8 millions 450.000 Frs pour pouvoir sortir. Il reste à ce jour 6 millions 550.000 Frs que j’ai pris l’engagement de régler à ma sortie.”

Pour en venir au fameux buzz des 50 millions comme cachet pour le concert que que l’artiste et lui ont pompeusement annoncé, il se veut clair. “Le buzz des 50 Millions, c’est une trouvaille de Debordo. Quand il est arrivé aux Etats Unis pour sa tournée, je lui ai proposé un concert à Abidjan pour 20 millions. Il m’a supplié de monter à 25 millions, chose que j’ai par la suite accepté. Dès qu’il est arrivé à Abidjan, si vous vous souvenez bien sur les réseaux sociaux, vers la fin de l’année 2017, il faisait savoir que désormais pour avoir Debordo en spectacle, il faudra débourser 50 millions. Voilà comment il a commencé son affaire. Il m’a suggéré de jouer le jeu, et de faire croire aux gens également que notre contrat pour son prochain concert d’Abidjan était de 50 millions. Histoire de lui faire un peu plus de côte. J’ai dit ok, moi, je vais faire ma part, si ça doit contribuer à faire la promotion du concert.”

Sangaré Lamine dit être très déçu vis-à-vis de Debordo. “Franchement, je suis très déçu. Ce qui me fait encore plus mal, il m’a fait arrêter le jour du concert comme un voleur. Chose encore déplorable, il mêle le nom de mes parents à cette histoire. Si lui n’a pas de respect pour la famille , chez moi, les parents, c’est quelque chose de sacré. Mes parents sont mes Dieux sur cette terre des hommes. Déçu également de notre justice, parce que c’est ici que j’ai vu qu’on pouvait arrêter quelqu’un sans aucun papier, sans la moindre plainte, sous la base d’une simple accusation, d’un simple coup de fil d’une connaissance.”

On attend vivement que ces brouilles se dissipent à l’amiable entre les deux parties. Trop tard déjà pour l’image terni autant pour le prometteur et l’artiste. Nous espérons que cette discorde servira de leçon aux prochains deal entre artistes et promoteurs de spectacles.

Rolyvan

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

cinq × 3 =

SNEDAI