News & People

Des révélations sur l’ambiance au sein des éléphants durant la CAN

éléphants 2
éléphants 2
La grosse déconvenue des éléphants à la CAN 2017 nous a tous surpris au vu des matches amicaux. On s’attendait à tout sauf à une élimination en phase de poule où les autres équipe étaient à la portée des éléphants de Côte d’Ivoire.

Hélas, le football en a décidé autrement. Mais pas que. En effet, depuis la sortie des pachydermes de cette compétition et la démission de l’entraîneur Michel Dussuyer, les langues se délient pour évoquer un malaise au sein de l’équipe nationale. Un malaise subitement apparu une fois que la délégation ivoirienne a mis pied au Gabon. Gustave Bouaffo, l’un des journalistes sportifs ivoiriens au Gabon fait des révélations sur l’équipe de Côte d’Ivoire présente à la CAN 2017. Pour lui qui a côtoyé les éléphants le mal tire sa racine depuis le début de la préparation:

gustave bouaffo

” Les Éléphants sont arrivés à Oyem dans un environnement pourri. Ils ne vous le diront jamais. D’abord, depuis Abu Dhabi, des frustrations sont nées du fait de comportement des dirigeants. Sans le savoir, ils ont créé des supers joueurs. Ensuite, l’ingérence dans le choix de l’entraîneur est une réalité. On a parlé du départ de Viera. On a mal entretenu la concurrence au sein du groupe. À Oyem, après le deuxième match, deux joueurs ne se parlaient même plus. L’autorité de ceux qu’on a appelait anciens était bafouillée. Tout cela a rendu Michel Dussuyer impuissant, il n’était plus maître de son groupe. L’orgueil et la concurrence déloyale ont paralysé l’équipe. Pour parler de l’impuissance de Michel Dussuyer, lors du match contre le Maroc, un des cadres de l’équipe a refusé son statut de remplaçant. Avec la complicité des dirigeants, Michel Dussuyer a rectifié son classement en l’alignant pendant tout le match. Bref ce sont des choses qu’on ne vous dira pas ouvertement. C’est dommage tout ça. A la fin du match contre le Maroc, un joueur (Max Gradel selon d’autres sources) et son entraîneur ont failli arriver aux mains. C’est la conséquence de l’environnement qui n’était pas bon et que l’autorité de cet entraîneur est affaiblie. “

Gustave Bouaffo ne s’arrête pas là. Il donne sa vision sur l’encadrement technique des éléphants de Côte d’Ivoire et ouvre grand le chantier dans lequel viendra évoluer le prochain sélectionneur:

Un sélectionneur docile ne peut pas entraîner les Eléphants. Parce qu’il y a trop de choses à gérer. Des dirigeants prêts à t’imposer tout. Des joueurs qui pensent que jouer dans un grand club européen suffit pour ne pas écouter les autres. On parlait de problèmes d’ego au temps des Drogba et Yaya. Aujourd’hui, cela est revenu sous une autre forme. Car à ce niveau, des mains extérieures manipulent ces jeunes qui arrivent en sélection. C’est dommage, la sélection ivoirienne est prise en otage à plusieurs niveaux. Il faut avoir le courage de le dire. Sinon malgré ces nombreux talents, il sera difficile pour nous de parler de trophée. Dussuyer est parti. Cela était prévisible. Du fait de l’objectif manqué mais aussi du fait qu’il n’a pas eu les mains libres. Son départ ne va pas résoudre le problème des Eléphants si l’environnement n’est pas assaini.

L’équipe de football de Côte d’Ivoire est la fierté de tout notre pays. Il est impératif que ceux qui sont au sommets des instances dirigeantes de ce sport se mettent réellement au travail. Depuis un bon moment, ces problèmes sont évoqués. Même si les problèmes il y en aura toujours, résolvons du mieux qu’on peut ce qui est possible.

Ce qu’on attend dans l’immédiat, c’est que la FIF puisse trouver un entraîneur compétent quelque soit son origine, qui puisse asseoir son autorité sur tous les joueurs et qui ne soit pas gêné par l’ingérence de certains dirigeants. Aux joueurs, titulaires ou remplaçants, sélectionnés ou non, qu’ils mettent avant tout la priorité sur la bonne image de notre pays grâce à leurs performances et leurs conduites.

ROLYVAN

Partager