FoodLife style

Princesse Tatie, le bon goût du sucre produit pour nous près de chez nous !

IMG-20190430-WA0026

IMG-20190430-WA0026

La première marque de sucre panafricaine “Princesse Tatie” fait peau neuve pour le grand bonheur de ses consommateurs.

Produit de la société agro-industrielle SUCAF-CI, “Princesse Tatie” s’impose en matière de qualité-prix comme “LE SUCRE”  sur le marché. Nous avons été conviés le jeudi 25 Avril à la conférence de presse de présentation de la nouvelle identité de “Princesse Tatie” dans les locaux de SUCAF-CI.

Présente en Côte d’Ivoire depuis 2013, “Princesse Tatie” l’est aussi dans 5 autres pays africains que sont le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Centrafrique et le Tchad. Après six années d’existence en terre d’Eburnie, l’entreprise décide, à juste titre, de faire un bilan et d’apporter un nouveau souffle à la marque qui doit faire sa mue face aux réalités terrain. Et c’est ce qui a démarré avec le regain de l’identité visuelle de la marque (logo, mascotte, typographie, signature,…) et une nouvelle communication 360° plus forte.

PRINCESSE TATIE, le grand sucre des petits bonheurs 

Princesse Tatie se décline pour s’adapter à tous vos goûts et usages en sucre blanc et roux, granulé ou morceaux, proposés en divers morceaux vrac et préemballés.

SUCAF-CI fournit des efforts continus en termes d’exigence des produits finis commercialisés, notamment par le biais de démarches qualité, sécurité, environnement et RSE engageantes. Sur le marché ivoirien du sucre, cette entreprise offre les meilleures garanties en matière certification et d’accréditation.

En dépit de toutes ces améliorations, les prix de “Princesse Tatie” n’ont point augmenté. “Ils restent inchangés depuis l’implantation de la marque en Côte d’Ivoire”, comme l’explique Roseline Baroan, Secrétaire Générale SUCAF-CI. Pour Jean-Pierre Champeaux, Directeur Général Adjoint SUCAF-CI, Princesse Tatie propose un produit et une marque à laquelle les africains peuvent s’identifier. Il a été aussi regardant sur la lutte contre la contrefaçon en félicitant les autorités douanières pour le travail déjà abattu tout en souhaitant la pérennisation et l’accroissement de ses efforts pour lutter contre les “pirates” du sucre en Côte d’Ivoire.

Au terme de la conférence qui s’est déroulée dans une excellente ambiance un dîner a été offert aux participants.

Rolyvan

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

5 × 1 =