A la uneBien-êtreBrand NewDossier

Pression, anxiété, solitude, quand les fêtes réveillent nos pires craintes.

Par Sharon Camara

Des rues animées et illuminées, des magasins de cadeaux qui ne désemplissent pas, les décorations de noël qui refont leur apparition. Pas de doute, la fin d’année est proche et cela se ressent dans l’air.  Si ce moment rime généralement avec la bonne humeur et la convivialité, ils sont nombreux à l’appréhender pour diverses raisons.

« C’est une période où les gens ont tendance à se mettre beaucoup de pression et à se demander s’ils ont pu atteindre leurs objectifs. La fin d’année est une période où tout le monde veut faire le bilan des objectifs fixés, notre cerveau est conditionné de cette manière », analyse la psychologue Diana Gakuba. « L’idée est que chacun veut commencer la nouvelle année en étant une nouvelle personne, avec de nouveaux défis et de nouvelles ambitions. Réaliser que les objectifs de l’année qui s’est écoulée n’ont pas été atteint peut-être difficile à accepter et c’est encore plus difficile pour les personnes qui ont tendance à refaire les mêmes erreurs sur plusieurs années. C’est lié à la peur de l’échec personnel ».

Peur de ne pas atteindre ses objectifs, peur de la solitude, cette période peut faire renaître des souvenirs douloureux mais pour la psychologue, ces difficultés sont surmontables à condition de faire un travail sur soi. Elle partage cinq astuces pour mieux vivre la période de fin d’année.

 

Prendre du temps pour soi

Il est important de profiter de la période de fin d’années pour faire de la méditation. Il faut prendre du temps pour soi, comme on le dit, il faut prendre le temps de reculer pour mieux sauter. Tout cela fait partie du développement personnel. Il faut un temps de silence, de méditation pour apprendre à se connaître, à s’écouter et à savoir ce que nous voulons.

 

Faire un bilan des succès

Ce temps de méditation peut aussi servir à faire une auto-évaluation, de toute l’année. Il faut faire une liste des objectifs que nous avons réussi à atteindre durant cette année, nos succès. C’est très important car nous avons tendance à nous concentrer sur ce qui n’a pas marché sans prendre le temps d’apprécier le positif. Il faut se féliciter, se dire que nous sommes braves, courageux. C’est notre responsabilité de nous féliciter, donc il faut faire une liste des choses positives. Même s’il n’y en a pas beaucoup, il faut les chercher, il faut cultiver cet esprit positif.

 

Faire un bilan des échecs

Cette étape est à prendre avec beaucoup de philosophie et de recul. Il faut regarder cette liste des échecs en cherchant des solutions pour réussir à s’améliorer par la suite. Il faut adopter la stratégie du plan A, s’il ne fonctionne pas, nous passerons au plan B et ainsi de suite jusqu’au plan X ! Il faut comprendre que pour un seul problème, il peut y avoir des tonnes de solutions et il ne faut pas se contenter d’une seule. Cela permet de se donner plus de chance l’année suivante. Au bout de six mois, nous pouvons regarder cette liste, voir ce qui a pu être amélioré et ce qui nécessite encore du travail. C’est un exercice qui nécessite beaucoup de courage, celui de regarder ce qui ne va pas, de l’assumer et de se battre pour changer les choses.

 

 

Faire attention à ses dépenses

C’est une période où nous avons tendance à beaucoup dépenser. Faire attention à l’argent est un moyen de ne pas se retrouver à zéro pour entamer la nouvelle année et éviter de tomber dans un piège qui se répète chaque année.

 

 

Faire du sport

L’exercice physique est un aspect très important ! Le sport améliore la santé mentale. La plupart des personnes sportives sont de bonnes humeurs et arrivent à relativiser, elles gèrent les problèmes différemment. Il est conseillé de faire de la marche, deux à trois fois par semaine. La santé physique est à prendre au sérieux.

 

Qui est Diane Gakuba?

Psychologue, diplômée d’une université américaine au Kenya, Diane Gakuba y a travaillé quelques années avant de s’installer à Dubaï. En 2017, elle pose ses valises à Abidjan. En 2019 elle ouvre son cabinet aux Deux-Plateaux Vallons. En parallèle, elle collabore avec des entreprises en fournissant des formations pour le bien-être au travail.

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

deux + deux =

SNEDAI