A la uneLife style

Mystère d’un soir: “Moi qui aime tant le sexe, aujourd’hui là j’ai fui”

mds2a

 

mds2a

Mystère, mystère, mystère,… Il nous arrive des fois de vivre des expériences étranges, insolites, paranormales, des situations de vie qui dépassent l’entendement de la logique, que la science ne peut expliquer,…

Cette “mésaventure” de M. A en est une. Voici son histoire !

Le jeudi passé, j’ai fait la connaissance d’une jeune fille “X” par le biais d’une camarade “Y”. J’ai beaucoup échangé avec cette jeune fille “X” sur Whatsapp du jeudi à vendredi. À mon grand étonnement le vendredi soir pendant que nous conversions, la fille “X” me fait savoir qu’elle est “coagulée” (elle a envie de faire du sexe) et que cela fait trois mois qu’elle n’a pas eu de rapports. Le garçon que je suis aussi ayant vu ce message venant d’une nouvelle go que je drague m’a tellement émerveillé que je lui ai dit de venir sur-le-champ pour qu’on passe la nuit ensemble. Elle s’est activée illico.

Je rappelle que je réside à Faya, elle à Marcory. En moins de 15 minutes elle est arrivée, je ne croyais pas ! Nous nous sommes posés dans un chic espace de mon quartier, avons échangé, mangé et bu quelques bières. Pendant qu’on buvait, elle ne faisait que dire qu’elle avait trop envie de coucher avec moi et il fallait qu’on se dépêche pour y aller. “Depuis quand femmes est pressée pour se reposer comme ça. Ah ça !” Sans plus tarder, nous sommes allés à l’hôtel. Je vis en famille encore oh humm. Je maîtrisais bien l’hotel mais bizarrement ce jour-là, j’ai ressenti le besoin de prier avant d’entrer en chambre. La main de ma copine du soir était toute froide. Elle me souriait seulement…

Dès que nous sommes rentrés nous sommes passés à l’action. Tout semblait être parfait. En bon maestro, je ne lui ai fait l’amour. Elle m’étreignait, elle gémissait dans mes bras. Elle avait vraiment besoin que je l’enfourche. J’ai fini un bon premier et long coup de maitre et puisque j’étais un peu “avancé” (l’alcool faisant son effet), j’ai décidé de marquer une pause, je me suis assoupi.

Dans mon sommeil, j’ai fait un songe sur la fille qui est avec moi dans la chambre, j’avais l’impression qu’elle me combattait spirituellement, on luttait, la fille voulait me mettre dans un canari. Je criais au secours sans suite, personne ne m’entendait. Je me suis réveillé brusquement. Elle ne dormait pas.

Elle m’a demandé ce qui se passe. Je lui ai dit qu’il n’y avait rien. Elle avait un regard très bizarre, un peu vide, et donc j’ai commencé à prier en lisant la bible de mon téléphone. Elle m’a demandé ce que je faisais. Je lui ai dis que je prie. Elle m’a répondu que je perds mon temps, avec un rire en plus. Elle s’est levée du lit et est rentrée dans la salle d’eau faire pipi. Elle ne savait pas que je l’épiais. Je l’ai vu faire des grimaces très étranges devant le miroir. Elle est très louche cette fille, je me disais. Moi aussi j’étais en “djonsse”… Je ne peux pas voir une go nue pour passer. J’ai fait fi de mes doutes et je me suis quand même entêté à faire mon deuxième coup. Si elle est “atôtô” on va tous aller dans leur royaume aujourd’hui. Très épuisé, je me suis profondément endormi. Elle me fixait toujours, avec son regard chelou. “Si tu es atôtô aujourd’hui là, on ira dans l’au-delà”, me suis-je dit pour me “gamer”. Je lui ai donné dos pour bien dormir.

Au petit matin, elle me réveille et me supplie de faire un troisième. Elle pleurait même comme si elle attendait mon troisième pour que quelque chose soit accompli. Moi qui aime tant le sexe, j’ai refusé.

– “Pardon, il reste un et puis c’est fini !”

– “Et puis c’est fini en comment ?”

– “Si tu veux moi-même je vais monter pardon”

– “Moi-même je te demande pardon, une prochaine fois, un là seulement faut laisser”

– “Pourtant tu es bandé. Viens ooorrrh !”

– “Je ne veux pas !”

Elle voulait me sauter dessus, je l’ai esquivée, j’ai pris mes cliques et mes clacs et je me suis barré de la chambre d’hôtel. Je l’entendais dans mon dos entrain de rire… Il y avait trop une énergie bizarre cette nuit-là, j’ai préféré tailler.

Plus tard, notre camarade en commun “Y” m’appelle pour se moquer de moi en disant que sa copine lui a confié que j’avais fui le match ! Je lui ai dit : “Ta copine est trop bizarre, elle me fait peur, elle a des tics tout ça, son regard est étrange”.

– “C’est modèle de femme coagulée ! Tu n’as rien vu encore”, m’a-t-elle répondu avec un fou rire.

J’ai pris mes distances avec la meuf. Elle me fout la trouille.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

dix-sept + quinze =

SNEDAI