A la uneDans le MagNews & People

[LIFE 156] C’est mon histoire avec Oly La Machine, Champion de Boxe Muay Thai

oly3 (Copier)

oly1 (Copier)

OLY LA MACHINE

CHAMPION DE BOXE MUAY THAÏ

L’Homme s’appelle Yves Roland Oly, mais sur les rings, il devient « Oly La Machine » Il est le champion ivoirien et champion du monde en titre de Boxe Thaï, une discipline sportive qui commence à se faire un large public d’aficionados en Côte d’Ivoire. Découvrez le parcours et l’histoire de « La Machine » dans cet entretien exclusif.

“La bête des rings”

Sa passion pour le sport et la boxe

Comme tous les athlètes de haut niveau, le premier contact d’Oly avec le sport s’est fait dès le bas âge, au quartier, dans les rues ou à l’école. C’était d’abord le football. Au collège, Oly a migré vers le basket-ball avant de rajouter de la gymnastique. Oly va ensuite trouver sa voie avec la boxe thaï. « Quand j’étais enfant, j’étais bagarreur. J’aimais aller au charbon. Et quand j’ai découvert cette discipline, c’était pour moi un exutoire, un moyen de me battre à fond mais dans les règles de l’art. J’ai démarré les entraînements en 2008 et j’ai passé quatre ans avant de monter sur un ring pour un combat. Il faut dire aussi que depuis que je me suis mis à la boxe thaï, j’ai arrêté de me bagarrer. Ce sport m’a permis d’être discipliné et plus sage. »

« IL Y A DES DÉFAITES QUI ONT CHANGÉ MA VISION DE LA VIE »

oly3 (Copier)

Sa carrière

« Ma première compétition c’était en 2012. Pour mon baptême du feu, je suis opposé à Kirikou (Alain Kouamé de son vrai nom, 3 fois champion de Côte d’Ivoire d’affilée). Je perds par décision des juges sur un fait de jeu. Malgré l’imbroglio, les juges ont donné Kirikou vainqueur. Cette défaite sur le fil m’a fait prendre conscience que moi aussi, qui vient de faire trembler un grand champion, je pouvais y arriver. Tout est parti de là ».

En 2013, Oly La Machine remporte le titre de champion de Côte d’Ivoire de fort belle manière face à un titan, Maître Philippe Quenum. Il va s’ensuivre les qualifications pour les championnats du monde avec la sélection nationale. « J’ai une philosophie de combat, ce que mon adversaire m’envoie, je lui renvoie ça trois fois plus fort. Le secret d’un grand combattant, c’est de connaître la force de ses armes. La force seule ne suffit pas, tu peux avoir des armes nucléaires mais sais-tu les utiliser au bon moment ? Comme on le dit, la puissance n’est rien sans la maîtrise. » Cette année 2019 a été très marquante pour Oly. Avec l’équipe de 225 Fight Show, il a fait déplacer la ceinture mondiale World Professional Kombat Fighters pour un combat d’envergure en Côte d’Ivoire. « Le combat devait normalement se dérouler en Italie. Nous devrions en retour payer la caution pour que la ceinture vienne, payer les billets d’avion, l’hébergement, les athlètes et tous les frais inhérents à l’organisation… C’était dur. Avec les maigres moyens et la bonne foi des rares sponsors qui y ont associé leur image, le combat a pu se tenir. En moins d’une semaine nous avons activé nos réseaux. On s’est retrouvés avec un public de plus de 1000 personnes au Palais des Sports. Pour moi, c’était déjà une victoire, voir autant de monde assister à un combat de MMA en Côte d’Ivoire, ça relève presque de l’exploit. La presse locale, la presse étrangère, les ministères affiliées, la fédération, les maires de Cocody et Treichville. Il me fallait, lors du combat, boucler la boucle en remportant la ceinture. Heureusement, malgré la résistance de mon adversaire Addeo Antonio, j’ai pu remporter la ceinture à domicile. » Oly, double champion d’Afrique, décrochait ainsi sa troisième ceinture après celles acquises au Liban et au Cameroun en 2018.

La Machine

Son pseudo « La Machine » lui colle tellement bien… Yves Roland Oly se fait appeler ainsi depuis le lycée par ses amis à cause de son impressionnant gabarit.

Oly, le coach sportif

Bardé d’un Master en Criminologie à l’Université Félix Houphouët Boigny, Oly est aussi coach sportif, diplômé de l’Institut national de la Jeunesse et des Sports. « Je suis presque tout le temps dans le sport. Son antre, c’est Oxygym, une salle de sport hyper équipée située à Cocody Danga. « Ici, je vous accompagne comme entraîneur personnel. Nous sommes ouverts à tout le monde. J’assiste certaines personnes pour leur rééducation, ceux qui veulent prendre du muscle. J’enseigne la boxe thaï, le cross training, même la diététique, je fais tout sauf la zumba (Rires) ».

La Musique

« Je rappais avant. Je suis accroc du rap. J’ai arrêté de rapper il n’y a pas si longtemps pour me concentrer sur la boxe. J’ai même enregistré un titre avec Fire Man je crois en 2015 mais, je n’ai pas fait sortir le son. Question d’emploi du temps, Oly ne s’est jamais senti prêt à ajouter la corde artistique à son arc. « Je me vois mal enchaîné les combats, les compétitions, les entraînements et honorer les prestations artistiques ça et là. C’est soit l’un soit l’autre pour moi. J’y songe souvent mais… ».

La Famille

« La famille, c’est la base, c’est ce que Dieu nous a donné de plus cher. « Je suis fils unique de ma maman », c’est avec elle que j’ai grandi. Elle est partie malheureusement depuis 2017 mais elle a eu l’occasion de voir les prémices, les premiers trophées. Mais à côté, j’ai ma grande famille d’amis, mes proches, les jeunes que j’encadre, ma famille de l’église. Oly La Machine s’est officiellement marié à celle qui lui a fait deux beaux anges en Août dernier.

oly2 (Copier)

« JE FAIS TOUT PAR LA FOI »

J’ai une relation privilégiée avec Dieu. La foi est quelque chose de personnelle. Dieu lit dans les cœurs. Quand je vais à l’église, j’ai trop honte lorsqu’il s’agit de faire la quête parce que je me dis que ce n’est pas assez pour Dieu, pour tout ce qu’il a fait pour moi. Ma vie est un témoignage, je viens de très loin.

Dieu ne révèle jamais un don en toi si ce n’est pas pour l’utiliser. Tu vas avoir des épreuves, des proches ne vont pas comprendre ce que tu fais, ils vont chercher à te décourager. Ma mère était dans l’armée. On m’a dit de lui emboîter le pas. « Vas-y, tu as le physique qu’il faut. La boxe ne t’apportera rien ici » Des gens même qui sont dans la boxe ont tenté de me démotiver.

La formation, c’est la base. Il faut se former pour devenir incontournable dans son domaine de telle sorte que les gens aient besoin de toi. Tout le monde est remplaçable mais le savoir te rend indispensable.

Par Yves Roland Kotto, extrait du Life 156

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

un + 12 =