A la uneNews & People

Le spectacle Drôles de Femmes entre dans une nouvelle ère après la saison 2022

couple dasylva1

 

couple dasylva1

Cette année 2022, le spectacle féminin Drôles de Femmes a connu un super progrès. Ils nous avaient habitués à deux représentations chaque année depuis 2019, l’édition populaire du Palais de la Culture et l’édition VIP du Sofitel. En cette année 2022, Lionel et Caroline Dasylva, responsables premiers de Mediatis, la structure organisatrice du spectacle, nous ont offert plus de deux shows dont un à l’étranger. Certaines comédiennes participant au show ont également reçu des dons de valeur, prouvant la nouvelle dimension que connaît Drôles de Femmes.

Lionel et Caroline Dasylva nous ont accordé une interview au cours de laquelle nous avons pu soutirer leur bilan et leurs ambitions pour Drôles de Femmes en 2023.

Drôles de Femmes, outil de promotion de talents féminins

Pour Caroline Dasylva, “l’avènement de Drôles de Femmes encourage encore plus les femmes à se lancer dans l’humour, que ce soit sur le web ou d’autres plateformes. Il n’y a pas aujourd’hui une humoriste qui ne veut pas y jouer. Drôles de Femmes est une fresque théâtrale à l’intérieur de laquelle on retrouve des chorégraphies, des instrumentistes, des chanteuses… C’est vraiment la plateforme par excellence de l’expression et de valorisation du talent de l’humour au féminin en Côte d’Ivoire. Il fallait y penser.”

Drôles de Femmes 2022

“Chaque année on avait nos deux représentations jusqu’en 2022. Nous avons eu une représentation à Londres au mois de Novembre qui a fait un carton au grand étonnement de tout le monde. Nous avions eu d’autres propositions mais c’est celle de Londres qui s’est concrétisée. Le public a aimé. Nous nous sommes rendus compte qu’on était suivi par tout le monde. Il n’y avait pas que des ivoiriens, il y avait toute la francophonie qui était là. Ce spectacle a été fait sur mesure avec pour sujet central l’immigration clandestine. C’était une véritable fête. Cette communion avec les actrices a fait chaud au coeur aux membres de la diaspora au point où cela à susciter un peu de jalousie au niveau de la France. Certains se demandaient pourquoi pas Paris d’abord. Paris nous réclame, la France nous réclame. On espère qu’en 2023 cela se réalisera”, Caroline Dasylva.

 

DDF AU PALAIS

 

DDF AU SOFITEL

288639400_1062973274627107_904086173865837 (1) 289829063_1068169754107459_89350852601307_n (1) (1) 289042615_1062974434626991_4 (1) 289386566_1066263507631398556912371411_n (1) 289608204_1066262397631528_52721601191709830 (1)

 

DDF À LONDRES

 

DDF DE LA NOËL 24 DÉCEMBRE

Le théâtre de retour

“Notre ambition était de faire revenir le théâtre. Il n’y avait plus de plateformes pour faire aimer le théâtre. Nous avons voulu asseoir un plateau avec énormément de valeurs. Faire revenir le théâtre dans le coeur des ivoiriens. On a une légion de personnes formées à l’INSAAC, on a des doyennes qui ont tenu la scène en Côte d’Ivoire et puis on a une nouvelle catégorie de personnes appelées influenceuses qui ont d’un côté beaucoup de notoriété sur les réseaux sociaux mais qui n’ont pas de coffre en terme d’expérience artistique. Drôles de Femmes est une école”, Lionel Dasylva. Grâce à DDF, certaines jeunes artistes se frottent aux planches et à l’univers du théâtre en collaborant avec des icônes. C’est avec grand plaisir qu’on a vu défiler des Eunice Zunon, Alisar Zena, Sarra Messan, Ariane Céleste, Ozoua de Gagnoa, Nadiya Sabeh à côté des Adrienne Koutouan, Gbazé Thérèse, Clémentine Papouët, Bleu Brigitte…

Caroline Dasylva pousse la réflexion plus loin sur l’intérêt à remettre le théâtre au goût du jour. “C’est vrai qu’on avait l’éducation à la maison mais le théâtre nous permettait aussi d’avoir un savoir-être avec tout ce qu’on regardait des Adjé Daniel et autres et même des émissions satiriques comme Faut Pas Fâcher. Cela participe à un équilibre en nous montrant ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire dans la vie. Il n’y a pas meilleur moyen de sensibilisation que le théâtre. On pourrait même se poser la question de savoir si ce n’est pas parce qu’on a plus ce genre de plateforme, de film ou de théâtre que notre société part en déliquescence”.

Les plus grandes satisfactions

“Grande satisfaction morale dans un premier temps, l’impression d’avoir accompli quelque chose de grand. Le théâtre était à l’agonie, c’est un peu comme si nous avons été utilisé pour faire revenir quelque chose de fondamentale dans notre société. Satisfaction également d’avoir permis aux femmes de s’exprimer, de croire en elles, de croire en leur talent, de s’affirmer comme il se doit et de participer à leur évolution artistique”, Caroline Dasylva.

“On ne voulait pas faire de l’événementiel pour juste en faire, pour avoir des débouchés pécuniaires. Nous nous sommes employés à mettre en place quelque chose qui sera bénéfique non seulement à notre pays mais aussi pour des générations, mettre sur pied un vrai canal de transmission de l’éducation et des valeurs. Aujourd’hui c’est difficile d’avoir sur un même événement différentes générations. Si nous ne sommes plus sur les mêmes plateformes, comment écouter les anciens, comment les jeunes vont-ils recevoir ? Ces dames qui ont traversé le temps en Côte d’Ivoire sur les planches, elles ont beaucoup à transmettre”, Lionel Dasylva.

“NOUS DEVONS ÊTRE DÉCORÉS POUR ÇA”

“Il est plus facile aujourd’hui d’évoluer dans des arts populaires. Le théâtre étant devenu un tant soit peu impopulaire, le ramener à la popularité qu’il a aujourd’hui à travers la plateforme DDF, normalement nous devons être décorés pour ça. En outre, les questions sociales sont essentielles. On ne peut pas réaliser un événement de cette taille et ne pas se pencher sur les acteurs, leurs conditions de vie de nos comédiennes. Notre dynamique sociale s’est manifestée à travers Gbazé Thérèse qui avait été lésée en terme de reconnaissance. Vous avez vu toutes ses larmes, ce fut comme un soulagement pour elle. Nous avons de grandes stars comme qui au soir de leur vie n’ont même pas un toit. Nous trouvons que ce n’est pas normal. Si on peut mobiliser beaucoup d’intérêts, des ministères et institutions qui nous soutiennent vous comprenez comment ce sera bénéfique à ces femmes. L’action s’est répétée à l’édition de Noel 2022 où 2 comédiennes, Bleu Brigitte et Clémentine Papouët ont reçu des terrains. Clémentine Papouët : “De toute ma carrière, c’est la première fois que je reçois une récompense de cette valeur”.

Drôles de Femmes en 2023 ?

Pour l’année 2023, Lionel et Caroline Dasylva prévoit énormément de surprises. La belle percée de 2022 augure une année 2023 encore plus riche. Ils prévoient ouvrir le casting à d’autres talents sous-régionaux et d’autres mégastars sur le plateau de Drôles de Femmes. Une tournée Drôles de Femmes à l’intérieur du pays est prévu. Les populations des grandes villes comme Yamoussoukro, Bouaké, Korhogo, San-Pedro, Daloa et autres pourraient recevoir les Drôles de Femmes chez elles. Le projet de déclinaison du spectacle en série pour diffusion TV est également étudié.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

13 + dix =

SNEDAI