A la uneNews & People

Destruction d’un centre de dépistage à Yopougon : Tout est parti du manque de communication !

vtb7

 

vtb7

Ce dimanche 5 Avril, s’est produit une bien vilaine scène dans la commune de Yopougon. Les populations riveraines du quartier Toits Rouges ont détruit les installations d’un centre de dépistage de Covid-19 que les autorités sanitaires établissaient au stade de la BAE, espace fronton du quartier.

Les populations révoltées ne sont pas d’accord avec l’établissement d’un tel centre dans leur quartier. Voici un morceau choisi des récriminations des “frondeurs”: “Nous ne sommes pas informés et on vient construire un tel centre comme ça dans nos quartiers”; “On nous dit que c’est pour que ce site accueille les malades infectés par le coronavirus d’Abidjan”; “Ils ont dit qu’ils allaient choisir le complexe Jesse Jackson”.

Au vu de ces plaintes, force est de reconnaître qu’il y a une faille dans la communication entre les gouvernants, autorités sanitaires et les populations. La mairie, autorité locale, a-t-elle pris le soin d’informer les populations ? Carton rouge à ceux qui s’interrogent s’il y a besoin d’informer les populations en cette période de crise.

Nous sommes entrés en contact avec l’un des riverains du quartier. Sous le couvert de l’anonymat, B. A a soutenu que tout est parti du manque d’information:

“Nous avons tous appris via la télé et les réseaux sociaux que le complexe Jesse Jackson à Yopougon a été choisi comme site par l’Etat. À notre grande surprise, nous voyons des installations sur le terrain de la BAE. Aux nouvelles, l’espace a été réquisitionné comme nouveau site. Tenez-vous bien, au complexe Jesse Jackson, les autorités sanitaires ont essuyé le courroux des populations ce qui les a poussé à se rabattre sur le stade de la BAE. Sans informer la population, ils démarrent la construction de leur chapiteau…”

Voici ce qui explique la réaction brutale des populations du quartier Toits Rouges. Nous sommes en état d’urgence. La situation oblige au confinement. Et quand on sait que la majorité des populations gagnent leur pitance quotidienne au jour le jour, il ne faut en aucun cas, négliger le stress et la tension déjà existante chez elles.

“Ce qui est fait pour nous, que d’autres ont décidé sans nous, est en réalité contre nous”. Cette citation de Nelson Mandela a forcément resurgit dans la mémoire des “frondeurs”.

 

Une histoire de politique larvée ?

La commune de Yopougon est connue depuis des années pour être un bastion favorable à l’ex Chef d’Etat Laurent Gbagbo. On se souvient encore la résistance lors de la crise politico-militaire de 2011. De ce fait, les actions et décisions étatiques prises par le pouvoir en place pour la commune de Yopougon sont épiées. Dans la mémoire collective ivoirienne, on en rit le plus souvent, cette commune serait même un pays dan un pays. Le Président n’aurait pas bonne presse à Yopougon. Des rumeurs sur la toile ont même laissé penser que cette décision d’implanter ce centre à Yopougon viserait à exterminer les populations de cette ville. Houlà !

Ces intoxications sont alimentées par le manque de démenti formel des grands leaders sur les allégations soutenant que des Chefs d’Etat africains aient accepté le vaccin BCG en Afrique moyennant de l’argent. C’est dans ce climat de manque de confiance, dans ce brouillard que se trouvaient les riverains de la commune de Yopougon.

 

“Les autorités devaient venir nous expliquer d’abord à quoi est-ce que cela servira. Nous venons à peine d’apprendre que c’est avant tout un centre de dépistage. Qui n’aimerait pas en avoir à deux pâtés de maison dans cette crise sanitaire où même les déplacements sont devenus difficiles voire interdits ? C’est tout ce qu’on souhaite, que l’Etat, ces grands types qui vivent à Cocody, viennent nous expliquer cela au lieu de nous ignorer et de nous imposer leurs décisions dans les bureaux climatisés”, poursuit notre contact B. A sur place.

La situation dégénérait jusque ce matin entre forces de l’ordre et les populations. Le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié a entrepris d’aller à la rencontre des populations pour expliquer pourquoi cet espace a été réquisitionné et ce que les riverains gagneraient à faciliter l’implantation de ce centre.

 

 

Plusieurs centres de dépistages seront construits dans les différentes communes d’Abidjan. Ceci pour permettre aux personnes qui manifestent des symptômes de la maladie de se faire dépister et d’être pris en charge gratuitement une fois qu’elles sont déclarées positives.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

18 − 11 =