News & People

Claudy Siar choqué, menace les Éditions de Varly

PicsArt_01-10-09.21.09

PicsArt_01-10-09.21.09

Encore des polémiques à connotations racistes. Après les injures à l’encontre du footballeur français d’origine angolaise et congolaise Blaise Matuidi en Italie, puis de la publicité ratée de H&M présentant un enfant noir arborant un sweat flanqué “le singe le plus cool de la jungle”, une autre polémique raciste risque de voir le jour bientôt. Et Claudy Siar anticipe d’ores et déjà en menaçant ceux qui en seraient à la base.

Les éditions françaises de Varly, c’est d’elles qu’il s’agit, souhaiteraient rééditer une bande dessinée qui a mauvaise presse autant chez la communauté noire que chez les autres peuples conscients de ce que la couleur de peau n’enlève rien, mais absolument rien à la valeur humaine. “Bamboula” est le nom de cette BD qui risque de créer un tollé séditieux de trop. Claudy Siar prend les devants et menace avec vigueur. Cette nouvelle provocation aurait des effets dévastateurs dépassant cette fois le cadre intellectuel et des réseaux sociaux.

En cette année du 170e anniversaire de la commémoration de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, des 20 ans de l’historique marche du 23 mai 1998, en #France, les #EditionsDeVarly s’apprêtent à rééditer en février prochain l’une des #BD les plus #racistes de l’après #guerre (1952-1960). LES AVENTURES DE #BAMBOULA ridiculisent le noir. Cette série empile les préjugés et porte atteinte à la dignité humaine.

Si cette maison d’édition ose aller au bout de son projet, je débarque dans leurs locaux et ça va chauffer !!‬ Les noirs ne sont pas des Bamboulas ! Peignez votre personnage en blanc et il n’y aura plus de problème !

Mais si cette BD est commercialisée avec un enfant noir… La liberté d’expression ne leur sera d’aucun recours devant ma colère et les tribunaux…”
Voilà qui est dit. À bon entendeur…
Pour rappel, le terme « bamboula », prononcé jeudi 9 février par un policier sur la chaîne de télévision France 5, renvoie le Noir à la figure caricaturale d’un grand enfant brutal, et nie son humanité.
Rolyvan
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

quatre × trois =