A la uneLife style

Chez nous pays : Ce qu’il faut savoir sur le peuple Abouré !

Abouré

Abouré

À la découverte de notre culture et de nos sites touristiques à valoriser dans notre rubrique “Chez nous pays”, nous mettons un point d’honneur aujourd’hui sur le peuple Abouré. Leur histoire et leurs traditions sont exposées dans cet article.

HISTOIRE

Le peuple Abouré fait partie du grand groupe ethnique Akan. Selon les différentes sources recueillies, ils seraient originaires du Ghana voisin, dans la région sud de Kumasi, non loin des sources de la Tanoé. Durant leur migration, ils se sont d’abord installés dans la région de la Bia avant de poursuivre leur exode vers le sud ouest. Ils ont connu des périodes de conflits avec leurs voisins, le peuple Agni-Sanwi. Ils se sont également rebellés contre le colonisateur français sous le règne de Kadjo Amangoa, une grande figure de la résistance.

GÉOGRAPHIE

Les Abourés vivent essentiellement à Grand-Bassam, à Moossou, à Yaou, à Ebrah et à Bonoua, leur capitale. Ils occupent la région sud-ouest de la Côte d’Ivoire qu’ils partagent avec d’autres peuples Akans lagunaires et les Agnis.

TRADITIONS & COUTUMES

La population Abouré est constituée en classes d’âges. Chaque classe d’âges a son chef guerrier. Le système politique est basé sur une monarchie parlementaire. Le chef est désigné. Il a autour de lui un conseil de notables.

Le mari reste le chef de famille, mais son héritier légitime est son frère utérin ou le fils de sa sœur. Toutefois c’est à son fils aîné que reviennent la concession et les terres.

Les Abourés sont polygames mais le mari doit d’abord demander le consentement de sa première épouse s’il désire prendre une seconde. Il doit également lui faire des cadeaux.

Lors de la mort de l’époux, la femme porte le deuil pendant trois lunaisons. À la fin de cette période un rituel de purification est exigé.

PRÉJUGÉS

Le peuple Abouré est un peuple très conservateur. “Eux d’abord avant les autres”, c’est un peu leur principe et ce qui fait de leur région un havre où l’Abouré est et demeure Roi malgré les brassages et les mixités de cultures. Il suffit de faire un tour dans leur capitale Bonoua pour s’en rendre compte. Même les petits commerces, le transport et petits métiers sont tenus par des Abourés contrairement aux autres villes de la Côte d’Ivoire où les peuples du nord en on fait leur apanage. Est-ce un frein ou un atout ? Tout compte fait, les communautés qui s’y trouvent avec les Abourés y vivent en parfaite harmonie.

LE POPO CARNAVAL

Cette fête traditionnelle en pays Abouré qui tire ses origines de la fête des ignames a été modifiée au fil des années avec le modernisme par les jeunes générations. À “Popo” qui signifie masque en pays Abouré a été ajouté “Carnaval” pour donner un aspect moderne et spectaculaire. C’est véritablement en 1972 que cette fête a pris la nouvelle forme moderne.

Elle se déroule durant la période de Pâques, en Avril. Le Popo Carnaval s’ouvre par une semaine commerciale accompagnée d’animations diverses comme les matches de football, les représentations théâtrales, la fanfare accompagné d’un défilé d’hommes masqués avec des danses folkloriques et des scènes burlesques. Lors du second jour, le dimanche, place est faite au culte ancestral et aux réunions familiales. On a aussi diverses manifestations en pays abouré comme la présentation des filles pubères, les cérémonies de naissance.

Autres animations à ne pas manquer, les concours de beauté pour l’élection du plus bel homme (Ébê) et de la plus belle femme (Awoulaba). Ils sont présenté lors du grand défilé final.

 

Sources : rezoivoire.net, annales de l’université d’Abidjan Lettres et Sciences Humaines, Wikipedia, RTI

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

5 × trois =

SNEDAI