News & People

BAZ 2019 : le Chairman Mohamed Salamé monte au créneau

IMG_7483

IMG_7483
À la faveur de la 3è édition de la plus grande fête du zouglou live dénommée Bonne Année Zouglou (BAZ), initiée par G Label, structure pilotée par Georges Azziz Haddad, ex-manager de feu Joëlle C et du mythique groupe Magic System, nous sommes allés à la rencontre du Chairman Mohamed Salamé, ex-patron de la maison de téléphonie KOZ, vice-Président du club sportif Asi d’Abengourou, Président des ambassadeurs du vivre
ensemble pour la francophonie et par ailleurs grand mécène culturel.

C’est sous la coupole de M. Georges Azziz Haddad, organisateur du BAZ que nous avons été reçus par le Chairman qui a voulu marqué son soutien indéfectible à cet évènement en achetant sur place un important lot de tickets avec la promesse d’une présence remarquable ce 2 février au Palais de la culture pour communier avec toute la jeunesse zouglouphile de Côte d’Ivoire. Interrogé sur son éclipse des spotlights et son regard quant à l’évolution de la musique zouglou, le Chairman Salamé nous a servi un discours très édifiant:

« M. Salamé a toujours été un homme d’événementiel. Et cela depuis l’âge de 11 ans. J’ai été dans l’évènementiel sur le plan sportif en tant que vice-président de l’ASI d’Abengourou. J’ai organisé les tournois Salamé composés de compétition d’handball, volley-ball et football. Cela s’est transformé en ‘’Tournoi des 3 A’’ avec les villes Agboville, Adzopé et Abengourou. Par la suite, c’est devenu ‘’Le Tournoi des 3 A 1 D’’ avec Daoukro dans la boucle. Après c’est devenu « Le festival des sports collectifs » qui comprenait pratiquement tous les grands établissements d’Abidjan. Tout cela était présidé par d’éminentes personnalités qui venaient me soutenir lorsque j’organisais mes évènements sportifs. Cela m’a valu une décoration avec le président Félix Houphouët-Boigny. J’ai eu une autre décoration avec le président Henry Konan Bédié. Je viens de recevoir une décoration de l’Etat de Côte d’Ivoire dans l’ordre du mérite national. Il y a eu un petit temps qui a été celui de l’éclipse, mais je continuais d’organiser des évènements dans l’ombre. Dans la vie, quand on se bat avec sérieux, on finit toujours par vaincre, même si c’est difficile. Il faut toujours avoir le cœur blanc. C’est en ce sens que je suis fier de mon neveu et fils Aziz qui milite pour l’évolution du Zouglou. Un genre musical qui prône de bonnes valeurs de la vie et qui est né sous le régime Bédié. L’évolution de cette musique a été très périodique. Selon les régimes, elle a été au haut puis au bas de son savoir. Ça a commencé avec Bédié avec les problèmes universitaires. Avec Gbagbo, c’était plutôt l’esprit révolutionnaire, la révolution au sens de la fierté nationale. Avec Ouattara, le Zouglou se rapproche plus du citoyen. Cette musique va continuer d’évoluer. Le rythme vous fait danser, les paroles vous emmènent à aimer les artistes, l’ambiance vous donne davantage envie de l’aimer. ». Dixit le Chairman Mohamed Salamé.

Yannick Effoumy

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

2 × 3 =

SNEDAI