Dans le MagSociété

Artisanat : les artisans du cuir et peau s’organisent

1

1

L’Union nationale des cordonniers, maroquiniers, bottiers et tanneurs de Côte d’Ivoire (UCMBT-CI) vient de voir le jour. Elle a été portée sur les fonts baptismaux le mardi dernier, au CERAP à Abidjan Cocody.

Au cours de l’assemblée générale constitutive et élective, M. Jean Cyrille Gona Ahoua a été porté à la tête de la nouvelle union. « Être à la tête de cette union me réjouit et me dit ce que je dois faire. J’ai une vision que je partage avec le bureau », a-t-il dit après son choix comme premier président de l’UCMBT-CI. L’objectif de ce nouveau regroupement des artisans du cuir et de la peau est d’organiser et développer le secteur des métiers de l’artisanat. En fait, ceux qui exercent dans la maroquinerie, la botterie, la tannerie et la cordonnerie veulent regarder ensemble dans une même direction afin de relever de nouveaux défis. « On va se connaitre, partager et échanger nos différentes expériences », souligne M. Jean Ahoua. Le secteur cuir et peau est mal vu alors qu’il est pourvoyeur d’emplois. La majorité de ses acteurs fonctionnent dans l’informel. Par leur propre imagination, ils ont créé de petites entreprises qui marchent bien. Pour les fondateurs, l’objectif visé en mettant sur pied l’UCMBT-CI, c’est d’aller plus tard à une fédération qui rassemblera plusieurs unions. « Pour aller à la fédération nationale, il nous fallait d’abord créer l’union. C’est ce que nous avons fait. Il faudrait qu’on se mette ensemble et après, on va rejoindre la fédération africaine des artisans », projette le président élu de l’UCMBT-CI. Son association prévoit aussi d’organiser le Salon de l’artisanat du cuir et initier des séminaires de formation pour ses membres.

2

Le président Jean Cyrille Ahoua est bottier, maroquinier et gérant de l’entreprise Gona Maroquinerie dont le siège est à la Riviera 2 à Cocody. L’idée de la mise en place d’une union des artisans dans le secteur cuir et peau date de plusieurs années. Jean Ahoua l’a longtemps murie avec ses amis Stanislas Konan et Pierre-Claver Gossan qui font office de membres fondateurs. « Les secteurs de la boulangerie, la couture, la mécanique auto se développent. Il faut bien que le secteur du cuir se développe également. L’idée est de montrer aux autorités qu’il y a un secteur qui existe et qui est méconnu. Et qu’il faut promouvoir », insiste Jean Ahoua. L’assemblée constitutive de son union s’est déroulée sous le parrainage du ministère de l’artisanat. La Chambre nationale des métiers de Côte d’Ivoire, le District d’Abidjan et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire étaient aussi présents.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

un × 3 =

SNEDAI