A la uneNews & People

Après la sortie de “Makambo Tout C’est Bon”, Tresor Mvoula se confie

tresor

tresor

L’artiste congolais Tresor Mvoula fait la une avec la sortie de son album “Makambo Tout C’est Bon” déjà bien apprécié du grand public.

Il nous a accordé un entretien exclusif dans lequel il nous partage son actualité, toute l’histoire autour de son projet musical MTCB ainsi que son regard sur la musique africaine.

Votre grosse actu est liée à la sortie de l’album “Makambo Tout C’est Bon”. Tout d’abord, pourquoi le choix d’un tel nom et quelle signification s’en dégage ?

En tant qu’artiste et concepteur, je viens aujourd’hui avec un nouvel album “Makambo Tout C’est Bon”, un album avec différents types de sonorités, un album sur lequel j’ai apporté de nouvelles sensibilités musicales sans toutefois dénaturer le Tresor Mvoula qu’on connaît. “Makambo Tout C’est Bon” signifie simplement tout va bien, c’est cet état esprit que veux partager avec mes fans partout où ma musique sera jouée.

 

“Je suis un grand challenger”

 

Quel est le plus avec votre nouvel album ? Tant au niveau de vos compositions musicales qu’au niveau de vos collaborations. Que vous apporte personnellement ce nouvel album ?

Déjà, je tiens à le dire, MTCB est un album différent de mes précédents albums surtout au niveau de la sonorité. Comme je le disais tantôt, nous sommes allé au delà de ce qu’on savait faire, nous nous sommes adaptés à ce qui se fait de mieux aujourd’hui. Je suis un grand challenger donc je donne toujours le meilleur de moi dans mes compositions et l’écriture.

Venons-en au titre MTCB dont le clip est dispo depuis quelques jours. Quelles sont vos propres impressions et les premiers retours que vous avez reçus.

Je remercie de prime abord ma maison de production Community TM9prod qui abat un vrai travail de dur labeur depuis le début de l’aventure à aujourd’hui. Je n’ai que des retours positifs du public. Ils avaient hâte de découvrir MTCB, ils en sont satisfaits. Un grand remerciement à Christopher Famy pour la réalisation de mon clip.

 

 

 

Votre regard sur la musique africaine

Chacun apporte sa pierre à l’édifice à son niveau, il faut que ça continue ainsi. Notre musique est de plus en plus appréciée sur les autres continents, donc tout va bien, Makambo tout c’est bon ! (Rires). Je pense toutefois qu’on a le potentiel et le talent en Afrique pour faire mieux que ce que nous sommes entrain de réaliser aujourd’hui.

Votre regard sur la musique africaine francophone plus particulièrement ? Qu’est-ce qui nous manque ou du moins, qu’est-ce qui constitue un frein pour que notre industrie soit tout aussi en vue que celle des anglophones.

Très bonne question, l’industrie anglophone a eu un regard vers le futur tandis que l’industrie francophone souffre d’un manque de financement. Ils se sont très vite projetés en investissant dans la musique.

 

“La Côte d’Ivoire représente l’Afrique toute entière culturellement”

 

Vous avez un attachement particulier avec la Côte d’Ivoire. Comment est née cette relation d’amour et qu’affectionnez-vous le plus chez les ivoiriens ?

Big up à mes frères et sœurs ivoiriens. La Côte d’Ivoire est un pays que je chérie particulièrement. Je me suis tout simplement attaché à ce pays au fil des séjours que j’y passais. C’est un pays avec un vrai bagage culturel qui représente l’Afrique toute entière.

Des projets en cours avec des artistes en Côte d’Ivoire ? Des feats, des showcases,…

J’ai déjà un feat avec la chanteuse coupé-décalé Bamba Ami Sarah sorti en 2016 (Attraper Ton Mousso) arrangé par Ariel Sheney. Je songe à une nouvelle collaboration avec un artiste ivoirien dans un futur proche, je suis ouvert à toutes les propositions.

Quelles sont les autres étapes à propos de la sortie de l’album “Makambo Tout C’est Bon” ?

Vous avez le générique MTCB qui est sur le marché. Je vous ferai découvrir par la suite de la bonne rumba. Pour ne rien manquer sur l’actualité de votre album, abonnez-vous massivement à mes pages sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram.

 

“Être africain est un privilège”

 

Notre Afrique traverse des moments troubles avec des crises parfois violentes dans certains pays. En guise de mot de fin, quelle est votre adresse aux populations et aux dirigeants politiques ?

Que la paix règne dans nos cœur, être africain est un privilège ! C’était votre humble serviteur Trésor le grand M’voula OSAGYEFO la puissance.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

16 + huit =

SNEDAI