Evenements

La Musique de la Garde républicaine a 30 ans

12733524_581226988692845_7703437761574580984_n

GRDu 20 au 24 novembre, la formation musicale de la Garde républicaine ivoirienne célébrera ses 30 ans d’existence en communion avec les populations.

La musique de la Garde républicaine est une formation musicale militaire en service au sein des Forces Armées de Côte d’Ivoire. Par sa prestance et sa disponibilité, elle traduit son professionnalisme et son goût de la perfection. Crée en octobre 1985 par la volonté de feu le Président Félix Houphouët-Boigny, elle fut mise en place par l’adjudant-chef à a retraite Robert Antoine de la coopération française. C’est à partir de décembre 1987 que l’on assistera aux premières prestations télévisées de cette prestigieuse formation musicale militaire. Aujourd’hui, après 30 année de présence au sein des Forces Armées de Côte d’Ivoire, La musique de la Garde républicaine qui a pour mission d’assurer les honneurs militaires lors des déplacements du Président de la République, d’accueillir les chefs d’Etat étrangers et de participer à l’animation des cérémonies nationales et militaires veut marquer le coup par des activités majeures du lundi 20 au jeudi 23 novembre prochain.

23473033_903299146485626_7121979095287971893_nAu programme, un cross populaire le 20 novembre en matinée qui s’achèvera par une procession enjouée, le 24 novembre, de l’Etat-major du camp Gallieni à l’esplanade de l’hôtel du District. Une occasion pour la formation musicale de communier avec les populations. Entre temps, il se tiendra, aussi bien au camp d’Akouédo où est logée la formation qu’à la caserne de Treichville, une exposition photographique et une conférence publique co-animée par le Commandant Vladimir Any-Grah et son homologue de la Garde républicaine de Paris, le lieutenant-colonel Langagne, sur l’histoire et l’évolution en regards croisés sur la Musique militaire et, particulièrement, des Gardes républicaines française et ivoirienne. Le lendemain, une messe d’action de grâce sera dite en l’honneur de Sainte Cécile, la patronne de la musique, des musiciens, des compositeurs, des luthiers, des chanteurs et des poètes à la paroisse éponyme de Cocody les deux-Plateaux. Il est également prévu un grand concert, le 23 novembre en soirée, à la salle Ernesto Djédjé/François Lougah du Palais de la culture de Treichville.

Yannick Effoumy

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

cinq + dix-neuf =